Compte rendu de la séance avec Aurélien Delpirou

Compte-rendu SSU séminaire du 11 avril 2013

 « Roma caput mundi ? La ville éternelle dans la globalisation »

 

Intervenant :

Aurélien Delpirou, MCF à I’ Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris-Est Créteil, chercheur au Lab’Urba 

Discutants :
  • Marie-Laure VILLE, doctorante en histoire moderne, UMR 5600 EVS
  • Fabien MAZENOD, doctorant en géographie, UMR 5600 EVS

 A l’occasion de ce séminaire, Aurélien Delpirou nous a présenté une étude du rapport entre la mondialisation et un espace urbain sur le long terme. L’espace urbain en question est Rome, l’Urbs, ville éternelle. La mondialisation est entendue dans ses dimensions géo-historiques et géoculturelles, au-delà de la seule globalisation économique et financière contemporaine.

La ville de Rome entretient un rapport spécifique avec le niveau mondial et la mondialisation. Aurélien Delpirou s’intéresse à la construction de ce rapport et à ses traductions spatiales contemporaines. Pourquoi l’expression « ville éternelle » a-t-elle pérennisée ? Quelle est la place de Rome dans le processus contemporain de métropolisation et dans l’archipel métropolitain mondial ? Quelles sont les traductions spatiales de ces héritages et de ces conflits d’échelles ? L’intervention a été illustrée par des cartes inédites issues de l’Atlas historique de Rome.[1]

Une ville-monde, un laboratoire de la mondialisation

 

AD propose une approche géohistorique de la mondialisation appliquée à Rome, un positionnement interdisciplinaire histoire et géographie en reprenant les travaux de Géraldine Djament-Tran.[2] Dans la construction du niveau mondial, Rome a joué un grand rôle. Par sa capacité à mettre en relation les échelles, elle a été l’une des premières et des plus importantes « ville-monde ». Elle a connu trois moments de forte intégration au niveau mondial, comme capitale d’Empire, capitale du réseau chrétien et capitale de l’Etat-nation italien, mais également de longues éclipses. Ces trois pics d’intégration reposent sur une aire d’influence variable : macro-régionale pour la Rome antique, supranationale pour la capitale de la chrétienté et nationale pour celle du Royaume d’Italie.

Pour la période moderne, les vecteurs de la mondialité de Rome étaient les missions, les congrégations, les bulles ou le voyage à Rome. Dans la ville s’est construit un cosmopolitisme reposant sur la présence et la concurrence des églises, académies et écoles étrangères. Tout ceci a contribué à la construction de l’image de Rome comme capitale symbolique de l’Europe, image revivifiée par la construction européenne (instauration de la CEE en 1957 et de la constitution européenne en 2005).

Une ville mondiale non globale

 

Dans la phase de mondialisation contemporaine Rome garde son statut de ville-mondiale mais est mal intégrée à l’archipel métropolitain mondial. Elle accumule les retards par rapport à d’autres villes européennes similaires comme Madrid et à sa rivale intérieure, Milan. Rome est devenue capitale de l’Italie en 1871 seulement. Ce choix n’allait pas de soit et fit l’objet de tractations entre le pouvoir pontifical et l’Italie unifiée. Outre les arguments symboliques, historiques et géographiques de Rome, la ville a surtout été choisie pour sa faiblesse économique et démographique permettant de ne pas faire d’ombre à Milan, Naples ou Turin. Sans industries, sans hinterland productif, Rome a longtemps été largement distancé par Milan. La ville a revêtu une image dépréciative de ville « parasite » entretenue par les dysfonctionnements politiques nationaux.

Pourtant, depuis l’entre-deux-guerres Rome rattrape ses retards. Rattrapage démographique tout d’abord avec une croissance urbaine unique dans l’Europe contemporaine, un rattrapage économique et industriel mais aussi un rattrapage symbolique marqué par l’élection du maire écologiste Rutelli en 1993 et l’émergence d’un nouveau modello Roma. Dans l’archipel métropolitain mondial Rome a des atouts : capitale religieuse, siège d’organisations internationales, centre attractif pour les IDE, fonctions logistiques importantes, pôle touristique et ville cosmopolite. Mais ses fonctions mondiales restent incomplètes. Dans les classements des métropoles mondiales Rome stagne dans la troisième classe.

Les traductions spatiales de ces héritages : conflits d’usages, conflits d’échelles

La mondialité de la ville de Rome est inscrit physiquement dans son paysage. Les romains et les touristes peuvent admirer l’extraordinaire stratification historique du tissu urbain. Cela témoigne d’une tension unique au monde entre histoire bimillénaire et modernisation qui implique des conflits d’intérêts et d’usages qui handicapent certains projets (comme la construction du réseau de métro). L’universalité religieuse est marquée dans la ville par la présence en son sein du micro-Etat du Vatican et de plusieurs palais extraterritoriaux. Enfin l’Italianisation est symbolisée par l’imposant Vittoriano aux flancs du Capitole. L’avènement de la Rome capitale a marqué le début d’une croissance exceptionnelle des périphéries grâce ou à cause de l’abusivismo, si bien que l’espace urbain romain offre aujourd’hui un visage diffus avec des zones urbanisées entrecoupées de larges vides, très inégalement desservies par les infrastructures de transport.

Cette question de la mobilité est l’expression majeure de la métropolisation marquée par le développement des échanges et le polycentrisme. Or à Rome la mobilité fait défaut : les transports publics sont inadaptés à une ville de 2.7 millions d’habitants et la voiture est reine malgré les tentatives de développement d’infrastructures de transport et de refonte des instruments de planification urbaine sous Rutelli.

Rome a une relation complexe avec la mondialisation. De caput mundi elle est aujourd’hui en arrière-plan dans la hiérarchie des métropoles mondiales, même si elle a considérablement rattrapé ses retards. Rome reste une ville-monde, une capitale symbolique de l’Europe et de l’Occident.

Discussion et échanges :

Marie-Laure Ville souligne la pertinence de l’étude de la mondialisation et de ses effets sur le temps long. A propos des vecteurs de la mondialité de Rome à l’époque moderne, il faut insister sur la systématisation du droit canon au XVIème siècle, sous l’impulsion de Grégoire XIII puis du Concile de Trente. Le droit canon, dicté à Rome, revêt un caractère supranational. De même les croisades ont participé à la diffusion de l’influence de Rome dans le monde.

Cette influence était si importante que toutes les grandes nations européennes de l’époque moderne avaient une église, une représentation à Rome dans le centre-ville. Ainsi sur des périmètres très restreints, comme les alentours de la place Navone, se reproduisaient les tensions diplomatiques européennes. De nos jours, ces quartiers sont toujours le théâtre de rivalités et de coopérations entre les grands pays européens qui ont tous leur centre culturel et leur école.

Les récits de voyageurs de l’époque moderne comme ceux d’aujourd’hui ne sont pas toujours tendres avec Rome : ville sale, transports inefficaces, etc. N’y a-t-il pas une différenciation voulue des espaces, entre quartier touristique et périphérie délaissée ?

Le touriste venu quelques jours à Rome ne perçoit qu’une infime partie de la ville et de son très vaste territoire (13 fois Paris). Il déambule dans un hyper-centre qui a perdu de nombreuses activités traditionnelles au profit de l’activité touristique toute-puissante.

Face aux quartiers d’hypercentre de plus en plus dédiés au tourisme et mondialisés se développe une tentative de construction d’une identité romaine plus ou moins artificielle comme à Trastevere ou à la Garbatella.

Fabien Mazenod souligne que l’étude de la mondialisation appliquée à un territoire est un modèle d’étude transdisciplinaire histoire/géographie. Il s’agit d’un conflit d’échelles entre le local et le mondial par extension des échanges matériels et immatériels. C’est aussi un conflit de temporalité entre l’immédiateté de la mondialisation contemporaine et une temporalité locale qui, dans le cas romain, est empreinte d’une certaine pesanteur voire d’un immobilisme. Ceci est particulièrement visible dans le bâti et le tracé des rues.

A propos de la mondialisation des formes urbaines Rome a été le moteur et le modèle de la diffusion de l’insula des théâtres, de toutes les composantes de la ville romaine. De la fin du XIXème siècle à la période fasciste, Rome a suivi le modèle parisien du grand boulevard avec la percée de quelques axes : corso Vittorio Emanuele II, via della Conciliazione ou corso del Rinascimento. De nos jours, quelle est la position de Rome et de son administration à propos des formes urbaines en voie de mondialisation tels le gratte-ciel ou le centre-commercial ?

Là aussi Rome était en retard mais effectue un rattrapage rapide. De grands centres commerciaux sont sortis de terre dès les années 1990 mais ils sont situés loin du centre, à proximité du Gran Raccordo Annulare (périphérique). Pour les immeubles de grande hauteur ils sont situés dans le quartier de l’EUR au sud, pensé pour accueillir l’exposition universelle de 1942 et transformé en quartier d’affaires. Il n’y a pas de stratégie communale de refus de ses formes mondialisées basée sur une spécificité romaine. Le centre-ville est épargné mais pas les périphéries. Du fait de l’immensité de la commune, des gratte-ciel et des centres commerciaux géants peuvent être construits sans porter préjudice à l’intégrité et à l’image de la ville-musée.

Nous parlons ici d’une ville, LA ville, l’Urbs mais la ville est-elle l’espace le mieux adapté à la mondialisation ? Quid des polycentrismes internes et externes à la commune dans lesquels Rome veut s’inscrire ?

Le plan d’urbanisme instauré par l’administration Rutelli était basé sur la réalisation et la consolidation d’une agglomération polycentrique avec notamment la création de la « Tiburtina Valley » avec une pépinière et une grappe d’entreprises de hautes technologies. L’EUR est aussi un pôle du polycentrisme romain, mais la plus grande partie des activités de commandement (politique, financières) restent dans le centre-ville. A l’échelle nationale et européenne Rome n’est pas assez intégrée dans un réseau de villes comme l’est Milan ou d’autres villes d’Italie du nord.

Aurélien Delpirou a insisté sur les phases de bonne intégration dans l’espace mondial de Rome et sur ses atouts. Mais la ville est restée en retrait de grandes étapes de la mondialisation : la colonisation et surtout la révolution industrielle. Rome est-elle victime de la mondialisation ? Quels sont les effets sur la régulation de la ville ?

Il est vrai que Rome a raté des grandes étapes de mondialisation mais sur le temps long elle reste une « ville-monde » avec un statut unique. Elle n’est pas une « ville mondiale ». Marie-Laure Ville souligne qu’avant l’explosion de l’abusivismo, la régulation de la construction et du patrimoine était présente depuis longtemps. C’était, par exemple, la première ville européenne à instaurer un système de licences de construction.

Avec trois sources de pouvoir sur son territoire, communal, central et religieux, quels sont les impacts sur la gouvernance de la ville ?

Il s’agit d’une relation qui a connu dans sa longue histoire des moments de vive conflictualité et des moments de négociation fructueuse. Depuis les accords du Latran en 1929 la rivalité entre pouvoir politique et religieux est apaisée. Pour l’organisation du Jubilée de l’an 2000, par exemple, les trois pouvoirs ont su travailler ensemble et l’événement s’est très bien déroulé, redorant l’image de Rome dans le monde.

La question des transports cristallise les dysfonctionnements administratifs et politiques de la capitale, chacun peut faire l’expérience de leur inefficacité. Doit-on être fataliste sur la situation des transports publics à Rome ?

La ville n’est pas inapte au développement de transports publics efficaces, la situation actuelle est le fruit d’une mauvaise gestion politique et de l’abusivismo qui fait qu’une grande partie de la capitale a été construite illégalement, sans plan. Aujourd’hui encore il y a de vastes zones urbanisées sans raccordement avec le réseau de transport existant. Mais il faut avoir en tête que Rome a fait de grands efforts d’infrastructure en peu de temps alors que d’autres grandes villes européennes construisent leur réseau depuis plus de 150 ans.


[1] Delpirou Aurélien (dir) Atlas historique de Rome, Paris, Autrement (à paraître)

[2] Djament-Tran Géraldine (2011) Rome éternelle. Les métamorphoses de la capitale, Paris, Belin