Compte rendu de la séance avec Michel Lussault

Le 10 mai 2012, pour la dernière séance de l’année universitaire, le laboratoire junior Sciences sociales de l’urbain accueillait Michel Lussault, Professeur de géographie à l’École normale supérieure de Lyon, UMR 5600.

Michel Lussault milite pour le développement des « études urbaines » dans la lignée des « urban studies » anglo-américaines. Dans ce cadre, le chercheur part toujours d’une discipline (celle dans laquelle il a été formé) pour ensuite s’en détacher et se concentrer sur l’objet urbain ; et sans pour autant revenir à sa discipline d’origine d’ailleurs. Délimitation stricte de  la recherche dans une discipline spécifique est, selon lui, une lacune de la recherche française. L’état et le statut des objets urbains sont en effet des réalités qu’on comprend mal avec les bagages universitaires et disciplinaires classiques.

 Michel Lussault est rétif à l’idée d’un savoir totalisant. Pour lui, les études urbaines relèvent plus d’une logique de champs que d’objet. Il s’agirait d’une « sorte de géographie appliquée à la question urbaine ». L’intérêt est alors porté à l’organisation de l’espace et à la structuration des spatialités urbaines.

Nous sommes actuellement à un moment historique particulier : l’urbain n’a pas toujours existé et n’existera pas toujours. L’urbain constitue notre contemporanéité. Dès lors, il y a deux façons de travailler : sur l’organisation spatiale et sur les spatialités (le « faire avec l’espace » mentionné dans L’homme spatial[1]).

« L’Espace, c’est une série de réponses à une question », car l’espace est le contenu de la relation sociale, et non un simple contenant. Michel Lussault préfère comprendre la spatialité urbaine en tant qu’elle fabrique l’organisation spatiale des relations sociales : selon cette logique, il faut partir de la spatialité pour étudier les pratiques. Dès lors, sa thèse consiste à aborder les « récits d’action spatiale ».

Ses réflexions sont le plus souvent appuyées sur une étude poussée de « petites réalités urbaines ». Chaque petite réalité urbaine est conçue comme un système qui contient en puissance l’intégralité de la complexité du système. Ainsi, ces petites réalités urbaines, aussi petites soient-elles, permettent des montées en généralité.

 

Posture de recherche actuelle qui trouve son origine dans une série d’insatisfactions :

1° Les liens entre l’action des individus et les dynamiques d’organisation des espaces sont des liens souvent postulés mais jamais véritablement démontrés ; de même que les liens entre espace et action. Cet état de fait s’explique par le fait que l’espace n’est jamais stable : le moindre acte le remet en cause. Cette attitude est déstabilisante pour les géographies qui cherchent à stabiliser l’espace. Ceci explique que Michel Lussault n’utilise jamais de carte, et ne fait jamais de description d’un espace urbain à un moment donné.

Exemple d’un acte déstabilisateur de l’espace : cas de Detroit où quelques acteurs ont été les initiateurs en acte de la dépopulation de la ville, selon la logique de la prophétie auto-réalisatrice (cf. STASAZK J.F. « Détruire Detroit »[2]). Analyse qui s’aligne sur la position de Michel Lussault, pour qui tout acte spatial est performatif. Dès lors, il faut toujours partir d’exemples concrets.

2° Insatisfaction sur la manière dont les savoirs classiques de la géographie urbaine appréhendent l’état des villes : problème de l’utilisation du langage de la ville au lieu du langage de l’urbain. Thèse centrale dans l’œuvre de Lussault du passage de la ville à l’urbain.

La ville est un état d’organisation des espaces et des sociétés qui est aujourd’hui fini (avec éventuellement des traces relictuelles).

Historiquement, l’approche de l’urbain a été consolidée notamment par Françoise Choay. Dans un mouvement généralisé d’urbanisation du monde, l’urbain décrit les nouvelles manières que les sociétés ont de s’organiser. Même constat pour Olivier Mongin : « le genre du monde est urbain »[3].

Quelles sont alors les caractéristiques spécifiques de l’urbain ?

Dernier champ de réflexion pour Lussault, travail sur un champ de termes. NB : publication à venir sur les « mots de l’urbain ». Réflexion avec toujours la volonté qu’un mot ait un seul sens. Michel Lussault veut faire que les mots soient les moins équivoques possible. D’ailleurs, dans son œuvre, il refuse d’utiliser le mot palimpseste et il évite au maximum les métaphores. A la rigueur, s’il faut utiliser une métaphore pour l’urbain, ce serait celle du bric-à-brac d’un brocanteur collecteur.

Derrière ce travail sur les mots, il y a une critique du fait que l’urbain soit organisé, qu’il y ait un pilote, un dessin surplombant sur l’urbain mondial. Il existe certes quelques dessins situés, localisés. C’est le cas par exemple en France qui est « tenue territorialement » par l’idéologie de l’aménagement du territoire ; idéologie qui est reportée à l‘échelle locale avec la décentralisation. Toutefois, même là, il n’existe pas de politique de contrôle de la périurbanisation : on a affaire à des « Intentionnalités situées », à des « actes urbains forts sur une circonscription spécifique » ; sans pour autant qu’il y ait une grande vue d’ensemble.

Détails de quelques termes clés de l’urbain

Multi-organisation des espaces de l’urbain. Tous les acteurs concourent à l’urbain. Cet angle d’approche modifie totalement la façon de diagnostiquer l’urbain et par extension de concevoir l’urbanisme. Disparaît alors l’urbanisme guérisseur, qui prétendait traiter ce qu’il pense pouvoir diagnostiquer.

L’espace social (en tant qu’espace géographique) n’est jamais organisé : il est auto-organisé, d’où un développement imprévu. La notion de multi-organisation retourne les questions et inverse les ordres de priorité. C’est une vision foncièrement individualiste qui est reprise dans le titre L’homme spatial : spatial est le prédicat et non un adjectif.

Hyperspatialisation généralisée des sociétés urbaines. Exemple des espaces commutateurs qui fonctionnent selon des principes qui étoffent une « arborescence sémantique ». Internet est un de ces espaces qui fonctionne sur une série d’outres-espaces. Réseau social : qu’est-ce qu’on admet comme proximité acceptable ?

Place importante donnée à la tension centralisation / périphérisation, centralité / périphéricité. Distanciation de la géographie et de la topographie. Gradients de centralité qui peuvent avoir un côté mécanique, gênant. Etude des spatialités qui permet de dépasser ce côté mécanique. Cf. exemple des Nuits Sonores[4] : centralité temporaire des lieux de concert, qui sont en temps ordinaire des périphéries souvent délaissées (ancien marché-gare de la Confluence).

En règle générale, Michel Lussault privilégie les mots en « ion » qui décrivent les processus, contrairement aux états qu’on n’arrive jamais à définir.

Michel Lussault conclue ainsi : son objectif est de comprendre l’organisation urbaine comme nouveau genre d’organisation des réalités sociales et spatiales.

*  *  *

Interactions avec l’auditoire

  • · Problèmes de ces principes : ils font exploser / imploser les pratiques. Ce qui pose la question du coût du changement social.
  • · Pour Lussault, il y a une véritable universalité des questionnements sur la ville et l’urbain quelle que soit la langue. Quelle que soit les cultures, on retrouve la question centrale de qu’est-ce qui fait agir les individus, plus la question de qu’est qui fait l’acteur. Même s’il n’y a pas d’équivalence parfaite des termes entre les différentes langues, notamment entre l’anglais et le français.

Pour se faire comprendre des non-francophones, il faut prendre des biais. Par exemple, avec les des Anglophones, il « suffit » de dire que je veux montrer que Melvin Weber[5] avait raison et là ils comprennent tout de suite ce dont on parle. Les interrogations sur l’urbain font d’ailleurs écho à des débats actuels aux Etats-Unis qui demandent si on aurait perdu des milieux sociaux avec la périurbanisation.

Il n’y a pas une géographie urbaine française, mais une manière française de poser des questions de géographie, parce que les cultures spatiales ne sont pas les mêmes. Il n’y a pas de disparition des cultures situées avec la mondialisation, au contraire (cf. les écrits de Arjun Appadurai).

  • · Michel Lussault n’a jamais voulu constituer une école, ni d’ailleurs ne revendique des disciples. Si on choisit d’utiliser ses idées, il faut tout prendre parce que sa pensée est conçue comme un système cohérent. Il promeut l’étude de l’action spatiale. Peut-être il adopte une façon non standard de faire de la géographie !
  • · Il parle d’une géographie non standard à partir du moment où il y a une prise en compte des données immatérielles. Il ne faut pas opposer immatériel et matériel mais les associer. Ainsi, qu’est qui permet de différencier les situations urbaines ? : le « capital image » (des corpus imaginaires) qui qualifient une situation urbaine, qui s’ajoutent à une urbanité. Cf. thèse de Marc Dumont sur le capital image[6].

NB : aujourd’hui, pratiquement tous les cabinets internationaux de conseil ont des départements d’études urbaines. Ces cabinets de consultants vendent des prestations à des acteurs, ici souvent des palmarès urbains. Ces palmarès sont construits sur des critères de fonctionnalité, mais il relève aussi (et de plus en plus) de l’ordre de la culture urbaine, de l’image urbaine considérée comme un capital thésaurisable. Et surtout ce capital image peut être capitalisé pour être source d’investissements. L’image urbaine est alors vue par les entreprises comme un système autotélique. Ce capital image devient un élément de la « fabrique du monde urbain généralisé ». Cf. exemple de Liverpool dans L’homme spatial.

L’image fait partie de l’urbanité. Voire, c’est elle qui fait la grande différence entre les aires urbaines banales et les grandes métropoles mondiales dont le capital image leur permet d’acheter tout ce qu’elle veulent, et notamment de la spécificité. Alors que les autres métropoles ne seront jamais capables de produire de la spécificité.

  • · Jacques Lévy : « modèle Johannesburg » et « modèle Amsterdam » reflètent sa conception de l’urbanité comme couple densité / diversité.
  • · Exemple de Villeurbanne comme illustration du passage de la ville à l’urbain.

La notion de gouvernance recouvre l’intuition que de nouvelles configurations d’organisation politiques apparaissent et c’est pour cela que l’on crée ce terme (en mauvais français).

Quels sont les indices du passage de la ville à l’urbain ?

Pour Choay, le passage à l’urbain est marqué par l’apparition de la discontinuité avec la généralisation de l’étalement urbain, de la périurbanisation. Pour Lussault, c’est le principe « d’illimitation », principe qui renvoie à la possibilité de toujours pouvoir connecter un point ultime à un autre.

2e critère : comment décrit-on un espace urbain aujourd’hui ? Pour certains, l’urbain est déjà dépassé : cf. le « post-urbain » (Mongin). Cf. roman de Science-Fiction de Isaac Asimov, Face aux feux du soleil (1957) qui exprime une utopie urbaine où tout point est central.

3e critère : crise du régime iconographique, de la manière qu’on a de représenter la ville. Rupture dans les années 1950-1960 de la manière classique de représenter la ville, à savoir l’archétype du plan directeur (possibilité de voir en plan et de tout maitriser).

Aujourd’hui, si on veut représenter l’urbain, on se confronte à une situation problématique : où commencer et où s’arrêter ? On constate une extraordinaire difficulté à voir l’ensemble de l’urbain. Cf. utilisation de Google Maps ou Google Earth (véritable révolution en son temps) : nouveau standard visuel de l’urbain généralisé. Le passage à l’urbain est manifesté par un changement de représentation visuelle. Cf. On est tous dans le brouillard de l’ethnologue Colette Pétonnet[7].

Dans l’urbain, on sait où on est (en tant qu’individu), on sait se place en relatif, mais on ne sait plus globalement ce que c’est cette chose dans laquelle on se trouve.


[1] Lussault Michel (2007) L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil

[2] Staszak Jean-François (1999) « Détruire Détroit. La crise humaine comme produit culturel », Annales de Géographie, t. 108, n°607, pp. 277-299.

[3] Mongin Olivier (2005) La condition urbaine : La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil.

[4] Festival de musique électronique qui a lieu à Lyon courant avril.

[5] Urbaniste (urban designer) et théoricien américain, particulièrement influent dans les années 1960 et 1970, notamment l’idée de ‘community without propinquity’.

[6] Dumont Marc (2003) Langages, espace, procédures d’organisation. Une analytique de la dimension politique des pratiques d’aménagement en milieu urbain, thèse de doctorat en Géographie Urbaine, Tours, 608 p.

[7] Pétonnet Colette (1979) On est tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues, Paris, Galilée.