Sciences sociales de l’urbain

Sciences sociales de l’urbain (SSU) est un projet de recherche ayant pour ambition de questionner l’urbain d’une façon pluridisciplinaire et transversale. L’objectif est de lutter contre l’éclatement des projets et des réflexions autour de l’analyse urbaine et de favoriser le dialogue et la synthèse des démarches.
L’ambition scientifique est donc double. Il s’agit d’une part d’offrir un espace de discussion pluridisciplinaire permettant de créer des ponts entre les disciplines, sans pour autant réduire les spécificités et l’originalité de chacune. D’autre part, SSU doit permettre de confronter les apports concrets de chaque discipline à la compréhension des phénomènes urbains, afin de questionner les conditions d’une analyse de la ville qui soit plus cumulative et plus globalisante.

Les laboratoires juniors

« Sciences sociales de l’urbain » est un laboratoire junior créé en 2011 dans le cadre du dispositif spécifique mis en place par l’ENS de Lyon. Pour plus d’informations sur les laboratoires juniors, voir le site de l’ENS de Lyon.

Les membres du Labo

 

  • Vincent Béal est doctorant en science politique Université de Saint-Etienne et membre de l’UMR 5206 Triangle. Il achève une recherche doctorale sur les politiques urbaines d’environnement et de développement durable en France et au Royaume-Uni. Ces recherches comparatives ont pour objet les transformations des villes, de l’action publique et les questions de gouvernance urbaine. Il a récemment publié Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Saint-Etienne, PUSE, 2011 (en collaboration avec Mario Gauthier et Gilles Pinson) et « Gouverner l’environnement dans les villes européennes. Des configurations d’acteurs restructurées pour la production des politiques urbaines », Sociologie du Travail, vol. 52, n° 4, 2010, pp. 538-560.

 

  • Aurélie Delage est doctorante en urbanisme et géographie et ATER à l’Institut d’urbanisme de Paris. Elle est rattachée à l’UMR 5600 Environnement, Ville, Société. Elle rédige une thèse de doctorat sous la direction de Franck Scherrer, sur les projets de renouvellement urbain des quartiers de gare centrale en Europe Occidentale. A partir de deux études de cas, Saint-Etienne Châteaucreux (France), et Liège-Guillemins (Belgique), elle interroge le retournement de valeurs économique et symbolique de ces espaces cristallisant les dynamiques métropolitaines actuelles. En 2010, elle a co-organisé la journée d’étude consacrée à la géographie dans le cadre du cycle « A quoi servent les sciences humaines ? » à l’initiative de la revue Tracés, ce qui a donné lieu à un numéro hors série (Y. Calbérac et A. Delage (dir.), 2010, « A quoi sert la géographie ? L’approche spatiale comme moyen de compréhension et d’action sur les sociétés ». Tracés, revue de sciences humaines. Hors-série « A quoi servent les sciences humaines II ». pp. 121 à 134.).

 

  • Martine Drozdz est doctorante en géographie à l’Université Lyon 2. Elle est rattachée au laboratoire IRG, UMR 5600. Ce travail doctoral, débuté en 2009, porte sur les franges orientales de la City de Londres. Il s’intéresse en particulier aux processus d’expansion de la City hors de ses limites administratives et aux politiques de renouvellement urbain menées dans cet espace transitionnel. Dans ce cadre, une attention particulière est portée aux conflits territoriaux, à la géographie des contestations qui émergent autour de la maîtrise des formes urbaines ainsi qu’aux modes de mobilisation de la société civile.

 

  • Cécile Ferrieux est doctorante en science politique à l’Université Lyon 2 et membre de l’UMR 5206 Triangle. Ses recherches portent sur la gestion des risques industriels et plus précisément sur le rapport entre les milieux économiques et politiques locaux. A partir de la mise en œuvre d’un nouveau cadre législatif contraignant, il s’agit d’analyser les enjeux de cohabitation entre la ville et son industrie, qu’ils soient économiques, sociaux, sécuritaires ou encore urbanistiques. L’objectif est de comprendre comment se fabriquent les conditions d’existence sociopolitiques d’un secteur d’activité particulier, celui de la chimie, sur un territoire particulier, celui de l’agglomération lyonnaise et de voir quelles en sont les conséquences sur l’action publique locale.

 

  • Anouk Flamant est doctorante en science politique à l’Université Lyon 2 et membre de l’UMR 5206 Triangle. Ses recherches portent sur l’intégration des migrants dans les villes en France de 1980 à nos jours. Son travail doctoral s’attache à comprendre comment les administrations municipales ont mis en place des politiques publiques à destination de ces populations en mobilisant des ressources locales, notamment associatives et celles issues de réseaux d’échanges nationaux et européens. Une attention particulière est accordée aux acteurs de ces dispositifs d’action publique.

 

  • Raphaël Frétigny est un ancien élève de l’ENS Cachan et doctorant contractuel en science politique à l’Université Lyon 2. Il est rattaché à l’UMR 5206 Triangle. Il rédige une thèse de doctorat, sous la direction du Professeur Gilles Pinson, sur le rôle de la Caisse des dépôts et consignations dans les politiques urbaines en France. Ses principaux thèmes de recherche portent sur la sociologie des administrations, sur les évolutions de gestion publique des territoires et sur l’intégration des logiques marchandes et financières dans les politiques urbaines.

 

  • Maxime Huré est doctorant en science politique et ATER à l’IEP de Lyon. Il est rattaché à l’UMR 5206 Triangle. Il rédige une thèse de doctorat, sous la direction du Professeur Renaud Payre, intitulée « La circulation des politiques de vélos en libre service en Europe : Sociologie historique d’une innovation ». Ses principaux thèmes de recherche portent sur les savoirs de gouvernement, les circulations de politiques publiques et les grandes firmes de services urbains. Publications récentes : (2010), « Le rôle des acteurs privés dans la mobilité des villes méditerranéennes : les vélos en libre service à Barcelone et à Marseille », Transports Urbains, n° 117, pp. 11-15 et (2009), « La création d’un réseau de villes : circulations, pouvoirs et territoires. », Métropoles, 6, Des mobilités urbaines à la ville mobile. Sur les traces des circulations urbaines.

 

  • Deborah Galimberti est diplômée de l’Università Bocconi de Milan en sciences économiques. Elle est doctorante en science politique au sein de l’UMR 5206 Triangle et allocataire de recherche à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne. Sa thèse est une étude comparative des politiques de développement économique et des systèmes de gouvernance à Lyon et Milan (1970 – 2010). Ses thèmes de recherches portent sur l’analyse de coalitions d’acteurs publics –privés et sur les modèles de développement économiques. Depuis mars 2011 elle participe au projet européen ESPON – INSTED (Institutional Capacity for Territorial Development).

 

  • Marie Le Guen est doctorante contractuelle à l’Université Lumière de Lyon 2 depuis 2010, est diplômée en géographie et en aménagement du territoire et urbanisme dont elle conjugue les approches pour étudier la création des formes urbaines. Marie Le Guen a rejoint l’UMR 5600 Environnement-Ville-Société en tant que doctorante sous la direction de Christian Montès. Elle souhaite poursuivre l’étude de formes urbaines « modèles » du point de vue de leur insertion dans les stratégies métropolitaines contemporaines des villes d’Austin (États-Unis) et de Kazan (Russie).

 

  • Robin Le Noan est ingénieur diplômé de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) et du Master 2 recherche Politiques publiques et gouvernements comparés (IEP de Lyon, Université Lumière Lyon 2). Il réalise une thèse en science politique au sein du laboratoire RIVES UMR 5600, qui traite de la gestion des risques industriels et des évolutions en matière de gouvernance sur le site de la plateforme chimique de Pont-de-Claix (38). Plus particulièrement, cette recherche aborde la question de la gouvernance à travers l’étude des dispositifs participatifs et d’information créés autour de ce site à risques des années 1970 à nos jours.

 

  • Pascale Nédélec est ancienne élève de l’ENS LSH et agrégée de géographie. Doctorante contractuelle à l’Université Lyon 2, elle est membre du laboratoire IRG, rattaché à l’UMR 5600 EVS. Provisoirement intitulé, Réflexions sur la citadinité et les temporalités d’une aire urbaine américaine : (dé)construire Las Vegas. Ses thèmes de recherche en géographie urbaine et culturelle portent sur les villes états-uniennes. Sa thèse traite de l’urbanité et de la citadinité à Las Vegas. Elle travaille notamment sur les processus d’appropriation territoriale et les relations entre identité, formes et pratiques urbaines. Publications récentes : 2010, “Urban Dynamics in the Las Vegas Valley: Neighborhood Casinos and Sprawl”, Center for Gaming Research, Occasional Paper Series, n°4. Et 2011, « L’enclave fonctionnelle du Strip à Las Vegas : quand l’insularité façonne la ville », Espaces et Sociétés (examen en cours).
  • Boris de Rogalski Landrot est doctorant en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, et en résidence au sein du Rize, Centre Mémoires et Société de la Mairie de Villeurbanne dans le cadre d’une Convention Industrielle de Formation à la Recherche en Entreprise. Il est rattaché au Laboratoire Historique Rhône-Alpes (UMR 5190 LAHRA). Il rédige une thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Luc Pinol, intitulée « Les politiques communales dans une grande agglomération : le cas de Villeurbanne de la fin du XIXème siècle à la fin des années 1960 ». Ses principaux thèmes de recherche portent sur l’histoire urbaine contemporaine, la gouvernance urbaine et le réformisme municipal. Publication récente (2010) : « L’édilité, moteur du changement social et culturel ? », Histoire@Politique, n°12, janvier 2010.

 

  • Jérôme Rollin est doctorant en urbanisme et aménagement à l’Université Lyon 2 et membre de l’UMR 5206 Triangle. Il travaille sur l’évolution de l’action publique périurbaine en matière de gestion de l’assainissement. Dans cette optique, un intérêt particulier est donné aux différentes régulations, politiques, sociales, réglementaires, qui gouvernent l’action publique locale devant les problèmes environnementaux. Publication récente : J. Rollin, 2011, « La protection des petites rivières périurbaines dans les Bouches-du-Rhône depuis les années 1960 : une analyse de la construction locale de la norme environnementale », Geocarrefour, n°3, vol. 85, p. 229 – 240.

 

  • Mili Spahic est doctorant en science politique à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’UMR 5206 Triangle. Ses thèmes de recherches portent en autres sur les gouvernements urbains, les réseaux de villes et d’élus contemporains, les savoirs de gouvernement ou encore la sociologie des politiques et institutions européennes. Son projet de thèse porte sur l’européanisation des politiques climatiques urbaines, vue au travers de la fabrique d’un cadre de référence des villes, en réseau et vers l’Europe ; et de la mise en œuvre dans trois villes européennes de plans climats. Il s’agit de voir comment on construit une politique publique européenne par l’Europe, par les réseaux, pour et par les villes, au travers de l’émergence de la question du climat. Il est également chargé d’enseignement à la Faculté de Droit et Science Politique de l’Université Lyon 2 et à Sciences Po Lyon.