Aurélien Delpirou « Roma, caput mundi ? La ville éternelle dans la mondialisation » (11 avril 2013)

Aurélien Delpirou, géographe, Maître de Conférences à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Université Paris-Est Créteil), chercheur au laboratoire Lab’Urba, interviendra le 11 avril 2013 pour une nouvelle séance du laboratoire junior. Voici le résumé de cette séance.

« Roma, caput mundi ? La ville éternelle dans la mondialisation »

Rome occupe une place singulière dans la mondialisation. D’un côté, elle jouit d’une influence et d’une aura exceptionnelles à l’échelle internationale en tant que matrice de la civilisation occidentale, métropole religieuse et culturelle, pôle touristique majeur (troisième destination en Europe après Paris et Londres), capitale de l’Etat italien et siège du Vatican. De l’autre, ses bases économiques limitées, héritage de choix politiques en faveur d’une ville administrative et préservée de l’industrialisation, ont longtemps contribué à la marginaliser dans le système métropolitain mondial. A l’échelle nationale, le partage des tâches avec Milan, qui concentre la moitié des sociétés par actions du pays, la plupart des sièges sociaux et les secteurs les plus internationalisés, demeure inégal.

Toutefois, l’opposition ancienne entre « capitale économique » et « capitale politique improductive » est en passe d’être dépassée. En effet, depuis une vingtaine d’années, l’économie romaine est restée dynamique dans un contexte national déprimé. Cette « révolution de l’économie romaine » s’est fondée sur le développement de l’économie présentielle (tourisme, immobilier), mais aussi sur celui d’activités technopolitaines à forte valeur ajoutée (gestion, conception, informatique). Elle s’est traduite par une progression notable de la ville dans les classements internationaux et par le renforcement de son attractivité auprès des grands acteurs de l’économie mondiale.

La périphérie romaine a été le principal réceptacle de ces dynamiques. Au cours des deux dernières décennies, la croissance de Rome s’est opérée sous la forme d’une urbanisation extensive et spécialisée des espaces agricoles et naturels de l’agro romano (campagne romaine) : installation de fonctions directionnelles, ouverture d’immenses centres commerciaux, émergence de la « Tiburtina Valley », pépinière d’entreprises technologiques parmi les plus actives du pays. Le nouveau plan régulateur, adopté en 2008 et ouvertement inspiré du plan stratégique de Barcelone, souhaite accompagner ces dynamiques en créant de nouvelles « centralités périphériques » concentrant des activités et des services autour des principaux nœuds d’échanges. La croissance et la complexification des mobilités attestent des nouveaux liens fonctionnels qui se nouent entre le centre et une périphérie qui ne peut plus être analysée à travers les seuls prismes de la construction abusive, de la dépendance et de la marginalisation socio-spatiale.

Rappel : la séance se tiendra à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F113.

13 décembre 2012 : Manuel Appert et Christian Montès

Dans le cadre du Laboratoire Junior Sciences Sociales de l’Urbain  de l’École Normale Supérieure de Lyon, nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine séance de notre séminaire 2012-2013 :

 

Manuel APPERT (maître de conférence en géographie, Université Lyon 2,  laboratoire EVS 5600) ;

Christian MONTES (professeur des universités en géographie, Université Lyon 2, laboratoire EVS 5600) :

La commodification des formes urbaines de la ville mondiale.

Résumé

Les chercheurs présenteront une grille de lecture de la transformation matérielle de la ville mondiale par la commodification (au sens marxien du terme) de l’architecture et de l’urbanisme dans la mondialisation. Après avoir fait le point sur les théories de la ville mondiale, ils développeront la thèse de la constitution d’un marché de l’architecture et de l’urbanisme créé par et pour ce que Leslie Sklair nomme la “classe capitaliste transnationale”. Ils proposeront in fine une analyse morphologique des formes produites ainsi que leurs enjeux politiques.

 

Animation

  • Martine Drozdz, doctorante en géographie, Université Lyon 2, laboratoire EVS 5600
  • Raphaël Frétigny, doctorant en science politique, IEP Lyon, laboratoire Triangle 5206

 

La séance se déroulera le jeudi 13 décembre 2012 de 17h30 à 19h30

Salle F103-  ENS de Lyon, site Descartes

 

Pratique :

Salle F103 (bâtiment formation, 1er étage)

ENS de Lyon, Site Descartes, 15 parvis René Descartes, Lyon

Accès: Métro ligne B, station Debourg

Accès à l’ENS de Lyon.

 

Violaine Girard, 25 octobre 2012 : classes populaires périurbaines

Violaine Girard est maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen, membre de l’équipe « Enquêtes, Terrains, Théories » du Centre Maurice Halbwachs et du laboratoire Groupe de Recherches Innovations et Sociétés.  Elle est l’auteure d’une thèse en sociologie consacrée aux trajectoires résidentielles pavillonnaires des classes populaires, à partir d’une enquête menée au sein d’un territoire périurbain et industriel. Elle présentera sa communication intitulée :

Classes populaires périurbaines :

Au-delà du déclassement, quelles trajectoires résidentielles et professionnelles ?

Résumé :

Longtemps demeurés absents des représentations politiques, les pavillonnaires des classes populaires font désormais l’objet de nombreux discours journalistiques ou savants, dans lesquels ils apparaissent comme des ménages « modestes », en proie aux « frustrations sociales », victimes d’un « rêve pavillonnaire » qui « tourne mal »…Or, le schème du déclassement masque d’autres transformations qui affectent les classes populaires implantées depuis les années 1970 et 1980 dans les espaces périurbains. Il risque en effet de faire oublier que certaines fractions des classes populaires connaissent, depuis les années 1970, des perspectives d’ouverture des possibles sociaux, au travers notamment de l’accès à la propriété ou de voies de promotion professionnelle par les qualifications techniques. Centrée sur l’étude des trajectoires résidentielles et professionnelles de ménages d’ouvriers, de techniciens et d’employées, et basée sur la monographie d’un territoire périurbain et industriel, cette intervention propose d’éclairer certaines transformations des aspirations sociales de ces ménages. Engagés dans des parcours d’accès à la propriété à distance des quartiers stigmatisés de banlieue, ceux-ci apparaissent en effet porteurs d’efforts de distinction vis-à-vis des fractions précarisées des classes populaires, efforts qui renvoient également aux évolutions des modalités de définition de leurs appartenances professionnelles, à l’heure où une part croissante des salariés des classes populaires travaillent en dehors des centres anciens de production industrielle (logistique, transport, maintenance…) et dans le secteur des services.

Intervenants :

  • Olivier Quéré, ATER en science politique, Université de Lyon, Laboratoire Triangle
  • Fleur Guy, Doctorante en géographie, Université de Lyon, Laboratoire EVS.

Organisatrices :

  • Cécile Ferrieux, ATER en science politique, Université Jean Monnet, Laboratoire Triangle
  • Anouk Flamant, ATER en science politique, Université de Lyon, Laboratoire Triangle.

 

La séance se déroulera le jeudi 25 octobre 2012 à l’ENS de Lyon, salle F106.

 

Emmanuel Martinais, 19 mars 2012 : quand le danger est en ville

Pour cette quatrième séance du laboratoire junior, Emmanuel Martinais, chargé de recherches au laboratoire EVS-RIVES de l’ENPTE présentera sa communication intitulée : “Quand le danger est en ville. Le gouvernement urbain des risques industriels”.

Discutants : Julien Langumier, docteur en ethnologie, chercheur associé au laboratoire RIVES et Cécile Liéval, doctorante en géographie à Institut de Géographie Alpine, PACTE.

Cette communication sera discutée par :

  • Julien Langumier, docteur en ethnologie et anthropologie sociale, chercheur associé au laboratoire EVS-RIVES de l’ENTPE
  • Cécile Liéval, doctorante en géographie à l’Institut de Géographie Alpine, UMR PACTE

 

Cette séance se déroulera le lundi 19 mars 2012, entre 17 h et 19, à l’ENS de Lyon.

 

 

Juliet Carpenter, 15 décembre 2011 : la gouvernance hybride

Juliet Carpenter présentera ses travaux lors de cette troisième séance. Sa communication s’intitulera : “Gouvernance hybride, spatial planning et communautés locales durables : regard sur les évolutions contemporaines des politiques d’aménagement au Royaume-Uni à la lumière du corridor de la Tamise”.

 Juliet Carpenter est Directrice de Recherches (Senior Research Fellow) au spatial planning group de l’institut d’oxford pour le développement durable (The Oxford Institute for Sustainable development). Après des premiers travaux portant sur la région parisienne (1994), elle se concentre sur l’analyse des politiques publiques britanniques relatives à l’aménagement et en aborde divers aspects : l’engagement des citoyens (2006-2008), les stratégies économiques (2010) et le rôle des chemins de dépendance dans la reconversion de certaines régions (2006 – 2008), les savoirs professionnels chez les aménageurs (2010), ou encore l’évaluation des programmes européens urbain type URBAN (2006) et plus récemment, les impacts de la crise sur les programmes de renouvellement urbains (dans la région d’Oxford). Elle est actuellement invitée à l’Institut d’urbanisme de Lyon.

Résumé de la présentation :

“Il s’agira dans cette présentation d’explorer les liens entre l’intégration des objectifs sociaux, économiques, démocratiques et environnementaux dans la pratique de l’aménagement et l’émergence de nouvelles formes de gouvernance en réseaux. En utilisant un cadre théorique qui s’appuie sur l’hybridité et les tensions qui caractérisent les arrangements contemporains de gouvernance. Juliet Carpenter étudie les tentatives de créer des communautés durables dans le corridor de la Tamise.

L’analyse révèle les tensions et les contradictions de la gouvernance du Corridor, en particulier les tensions entre les objectifs de compétitivité économique et la durabilité sociale et environnementales, les tensions entre une gouvernance horizontale en réseau et les structures hiérarchiques et enfin les tensions entre  les objectifs centrés sur les résultats et la gouvernance participative.

Enfin les implications de l’hybridité et de la complexité des systèmes de gouvernance contemporains dans la recherche de communautés durables seront questionnés ainsi que sur   des formes de gouvernance adaptées à ces objectifs.”

Référence : S. Brownill, J.Carpenter, “Governance and “integrated planning” : the case of sustainable communities in the Thames Gateway, England”, Urban Studies, vol.46, n°2, pp. 251- 274 (accessible via JStor).

 

La discussion sera ensuite animée par :

  • Martine Drozdz, doctorante en géographie, Laboratoire EVS, Enseignante à London School of Economics and Political Science (LSE).
  • Anouk Flamant, doctorante en science politique, Université de Lyon, Laboratoire Triangle.

 

Cette séance se déroulera le jeudi 15 décembre 2011, entre 17 h et 19, à l’ENS de Lyon (site Descartes, salle F101). 

Paul Boino, le 3 novembre 2011 : produire la ville

À l’occasion de la deuxième séance du Labo Junior “Sciences sociales de l’urbain”, Paul Boino présentera ses travaux lors d’une conférence intitulée “Produire la ville : un problème public, une problématique scientifique”.

La discussion sera ensuite animée par :

  • Joël Idt, Maître de conférence à l’Université Paris-Est Marne-le-Vallée, LEESU Génie urbain

Cette séance se déroulera le jeudi 3 novembre 2011, de 17h à 19h, à l’ENS de Lyon (site Descartes, salle n°2 de l’Institut français de l’Éducation, voir plan d’accès ici).

Renaud Payre, le 6 octobre 2011 : un ordre politique urbain ?

À l’occasion de la première séance du Labo Junior “Sciences sociales de l’urbain”, Renaud Payre présentera ses travaux actuels lors d’une conférence intitulée “Un ordre politique urbain ? Catégories d’analyse et régulation politique des territoires urbains”.

Résumé de l’intervention :

Il s’agit ici de rendre compte des difficultés qui ont existé à penser le pouvoir dans les villes autrement qu’à partir de l’Etat. Toutefois aujourd’hui la question de la régulation des sociétés urbaines est pleinement légitime. Elle au centre de nombreux travaux. Reste que bon nombre de catégories mobilisées pour penser cette régulation insistent sur les ruptures qui caractériseraient la situation contemporaine, sur la nouveauté des formes de la régulation. Cette insistance portée à la nouveauté est ici discutée par l’usage de travaux notamment socio-historiques. Ainsi l’article, en mobilisant des exemples passés et contemporains, propose de revenir sur le gouvernement urbain et la capacité des élus municipaux à réguler le territoire urbain à travers les discours et les formes d’actions mises en œuvre ainsi que les sources de légitimité convoitées. C’est bien une réflexion sur l’ordre politique urbain qui est menée.”

La discussion sera ensuite animée par :

  • Charlotte Halpern, chercheure de la Fondation nationale des Sciences Politiques au Laboratoire PACTE (Politiques publiques, Action politique, territoires) et enseignante à l’IEP de Grenoble.
  • Boris de Rogalski Landrot, doctorant en histoire contemporaine au LARHRA (UMR 5190).

 

Cette première séance se déroulera le jeudi 6 octobre 2011, de 17h à 19h, à l’ENS de Lyon (site Descartes, salle F104).