Compte rendu de la séance avec Aurélien Delpirou

Compte-rendu SSU séminaire du 11 avril 2013

 « Roma caput mundi ? La ville éternelle dans la globalisation »

 

Intervenant :

Aurélien Delpirou, MCF à I’ Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris-Est Créteil, chercheur au Lab’Urba 

Discutants :
  • Marie-Laure VILLE, doctorante en histoire moderne, UMR 5600 EVS
  • Fabien MAZENOD, doctorant en géographie, UMR 5600 EVS

 A l’occasion de ce séminaire, Aurélien Delpirou nous a présenté une étude du rapport entre la mondialisation et un espace urbain sur le long terme. L’espace urbain en question est Rome, l’Urbs, ville éternelle. La mondialisation est entendue dans ses dimensions géo-historiques et géoculturelles, au-delà de la seule globalisation économique et financière contemporaine.

La ville de Rome entretient un rapport spécifique avec le niveau mondial et la mondialisation. Aurélien Delpirou s’intéresse à la construction de ce rapport et à ses traductions spatiales contemporaines. Pourquoi l’expression « ville éternelle » a-t-elle pérennisée ? Quelle est la place de Rome dans le processus contemporain de métropolisation et dans l’archipel métropolitain mondial ? Quelles sont les traductions spatiales de ces héritages et de ces conflits d’échelles ? L’intervention a été illustrée par des cartes inédites issues de l’Atlas historique de Rome.[1]

Une ville-monde, un laboratoire de la mondialisation

 

AD propose une approche géohistorique de la mondialisation appliquée à Rome, un positionnement interdisciplinaire histoire et géographie en reprenant les travaux de Géraldine Djament-Tran.[2] Dans la construction du niveau mondial, Rome a joué un grand rôle. Par sa capacité à mettre en relation les échelles, elle a été l’une des premières et des plus importantes « ville-monde ». Elle a connu trois moments de forte intégration au niveau mondial, comme capitale d’Empire, capitale du réseau chrétien et capitale de l’Etat-nation italien, mais également de longues éclipses. Ces trois pics d’intégration reposent sur une aire d’influence variable : macro-régionale pour la Rome antique, supranationale pour la capitale de la chrétienté et nationale pour celle du Royaume d’Italie.

Pour la période moderne, les vecteurs de la mondialité de Rome étaient les missions, les congrégations, les bulles ou le voyage à Rome. Dans la ville s’est construit un cosmopolitisme reposant sur la présence et la concurrence des églises, académies et écoles étrangères. Tout ceci a contribué à la construction de l’image de Rome comme capitale symbolique de l’Europe, image revivifiée par la construction européenne (instauration de la CEE en 1957 et de la constitution européenne en 2005).

Une ville mondiale non globale

 

Dans la phase de mondialisation contemporaine Rome garde son statut de ville-mondiale mais est mal intégrée à l’archipel métropolitain mondial. Elle accumule les retards par rapport à d’autres villes européennes similaires comme Madrid et à sa rivale intérieure, Milan. Rome est devenue capitale de l’Italie en 1871 seulement. Ce choix n’allait pas de soit et fit l’objet de tractations entre le pouvoir pontifical et l’Italie unifiée. Outre les arguments symboliques, historiques et géographiques de Rome, la ville a surtout été choisie pour sa faiblesse économique et démographique permettant de ne pas faire d’ombre à Milan, Naples ou Turin. Sans industries, sans hinterland productif, Rome a longtemps été largement distancé par Milan. La ville a revêtu une image dépréciative de ville « parasite » entretenue par les dysfonctionnements politiques nationaux.

Pourtant, depuis l’entre-deux-guerres Rome rattrape ses retards. Rattrapage démographique tout d’abord avec une croissance urbaine unique dans l’Europe contemporaine, un rattrapage économique et industriel mais aussi un rattrapage symbolique marqué par l’élection du maire écologiste Rutelli en 1993 et l’émergence d’un nouveau modello Roma. Dans l’archipel métropolitain mondial Rome a des atouts : capitale religieuse, siège d’organisations internationales, centre attractif pour les IDE, fonctions logistiques importantes, pôle touristique et ville cosmopolite. Mais ses fonctions mondiales restent incomplètes. Dans les classements des métropoles mondiales Rome stagne dans la troisième classe.

Les traductions spatiales de ces héritages : conflits d’usages, conflits d’échelles

La mondialité de la ville de Rome est inscrit physiquement dans son paysage. Les romains et les touristes peuvent admirer l’extraordinaire stratification historique du tissu urbain. Cela témoigne d’une tension unique au monde entre histoire bimillénaire et modernisation qui implique des conflits d’intérêts et d’usages qui handicapent certains projets (comme la construction du réseau de métro). L’universalité religieuse est marquée dans la ville par la présence en son sein du micro-Etat du Vatican et de plusieurs palais extraterritoriaux. Enfin l’Italianisation est symbolisée par l’imposant Vittoriano aux flancs du Capitole. L’avènement de la Rome capitale a marqué le début d’une croissance exceptionnelle des périphéries grâce ou à cause de l’abusivismo, si bien que l’espace urbain romain offre aujourd’hui un visage diffus avec des zones urbanisées entrecoupées de larges vides, très inégalement desservies par les infrastructures de transport.

Cette question de la mobilité est l’expression majeure de la métropolisation marquée par le développement des échanges et le polycentrisme. Or à Rome la mobilité fait défaut : les transports publics sont inadaptés à une ville de 2.7 millions d’habitants et la voiture est reine malgré les tentatives de développement d’infrastructures de transport et de refonte des instruments de planification urbaine sous Rutelli.

Rome a une relation complexe avec la mondialisation. De caput mundi elle est aujourd’hui en arrière-plan dans la hiérarchie des métropoles mondiales, même si elle a considérablement rattrapé ses retards. Rome reste une ville-monde, une capitale symbolique de l’Europe et de l’Occident.

Discussion et échanges :

Marie-Laure Ville souligne la pertinence de l’étude de la mondialisation et de ses effets sur le temps long. A propos des vecteurs de la mondialité de Rome à l’époque moderne, il faut insister sur la systématisation du droit canon au XVIème siècle, sous l’impulsion de Grégoire XIII puis du Concile de Trente. Le droit canon, dicté à Rome, revêt un caractère supranational. De même les croisades ont participé à la diffusion de l’influence de Rome dans le monde.

Cette influence était si importante que toutes les grandes nations européennes de l’époque moderne avaient une église, une représentation à Rome dans le centre-ville. Ainsi sur des périmètres très restreints, comme les alentours de la place Navone, se reproduisaient les tensions diplomatiques européennes. De nos jours, ces quartiers sont toujours le théâtre de rivalités et de coopérations entre les grands pays européens qui ont tous leur centre culturel et leur école.

Les récits de voyageurs de l’époque moderne comme ceux d’aujourd’hui ne sont pas toujours tendres avec Rome : ville sale, transports inefficaces, etc. N’y a-t-il pas une différenciation voulue des espaces, entre quartier touristique et périphérie délaissée ?

Le touriste venu quelques jours à Rome ne perçoit qu’une infime partie de la ville et de son très vaste territoire (13 fois Paris). Il déambule dans un hyper-centre qui a perdu de nombreuses activités traditionnelles au profit de l’activité touristique toute-puissante.

Face aux quartiers d’hypercentre de plus en plus dédiés au tourisme et mondialisés se développe une tentative de construction d’une identité romaine plus ou moins artificielle comme à Trastevere ou à la Garbatella.

Fabien Mazenod souligne que l’étude de la mondialisation appliquée à un territoire est un modèle d’étude transdisciplinaire histoire/géographie. Il s’agit d’un conflit d’échelles entre le local et le mondial par extension des échanges matériels et immatériels. C’est aussi un conflit de temporalité entre l’immédiateté de la mondialisation contemporaine et une temporalité locale qui, dans le cas romain, est empreinte d’une certaine pesanteur voire d’un immobilisme. Ceci est particulièrement visible dans le bâti et le tracé des rues.

A propos de la mondialisation des formes urbaines Rome a été le moteur et le modèle de la diffusion de l’insula des théâtres, de toutes les composantes de la ville romaine. De la fin du XIXème siècle à la période fasciste, Rome a suivi le modèle parisien du grand boulevard avec la percée de quelques axes : corso Vittorio Emanuele II, via della Conciliazione ou corso del Rinascimento. De nos jours, quelle est la position de Rome et de son administration à propos des formes urbaines en voie de mondialisation tels le gratte-ciel ou le centre-commercial ?

Là aussi Rome était en retard mais effectue un rattrapage rapide. De grands centres commerciaux sont sortis de terre dès les années 1990 mais ils sont situés loin du centre, à proximité du Gran Raccordo Annulare (périphérique). Pour les immeubles de grande hauteur ils sont situés dans le quartier de l’EUR au sud, pensé pour accueillir l’exposition universelle de 1942 et transformé en quartier d’affaires. Il n’y a pas de stratégie communale de refus de ses formes mondialisées basée sur une spécificité romaine. Le centre-ville est épargné mais pas les périphéries. Du fait de l’immensité de la commune, des gratte-ciel et des centres commerciaux géants peuvent être construits sans porter préjudice à l’intégrité et à l’image de la ville-musée.

Nous parlons ici d’une ville, LA ville, l’Urbs mais la ville est-elle l’espace le mieux adapté à la mondialisation ? Quid des polycentrismes internes et externes à la commune dans lesquels Rome veut s’inscrire ?

Le plan d’urbanisme instauré par l’administration Rutelli était basé sur la réalisation et la consolidation d’une agglomération polycentrique avec notamment la création de la « Tiburtina Valley » avec une pépinière et une grappe d’entreprises de hautes technologies. L’EUR est aussi un pôle du polycentrisme romain, mais la plus grande partie des activités de commandement (politique, financières) restent dans le centre-ville. A l’échelle nationale et européenne Rome n’est pas assez intégrée dans un réseau de villes comme l’est Milan ou d’autres villes d’Italie du nord.

Aurélien Delpirou a insisté sur les phases de bonne intégration dans l’espace mondial de Rome et sur ses atouts. Mais la ville est restée en retrait de grandes étapes de la mondialisation : la colonisation et surtout la révolution industrielle. Rome est-elle victime de la mondialisation ? Quels sont les effets sur la régulation de la ville ?

Il est vrai que Rome a raté des grandes étapes de mondialisation mais sur le temps long elle reste une « ville-monde » avec un statut unique. Elle n’est pas une « ville mondiale ». Marie-Laure Ville souligne qu’avant l’explosion de l’abusivismo, la régulation de la construction et du patrimoine était présente depuis longtemps. C’était, par exemple, la première ville européenne à instaurer un système de licences de construction.

Avec trois sources de pouvoir sur son territoire, communal, central et religieux, quels sont les impacts sur la gouvernance de la ville ?

Il s’agit d’une relation qui a connu dans sa longue histoire des moments de vive conflictualité et des moments de négociation fructueuse. Depuis les accords du Latran en 1929 la rivalité entre pouvoir politique et religieux est apaisée. Pour l’organisation du Jubilée de l’an 2000, par exemple, les trois pouvoirs ont su travailler ensemble et l’événement s’est très bien déroulé, redorant l’image de Rome dans le monde.

La question des transports cristallise les dysfonctionnements administratifs et politiques de la capitale, chacun peut faire l’expérience de leur inefficacité. Doit-on être fataliste sur la situation des transports publics à Rome ?

La ville n’est pas inapte au développement de transports publics efficaces, la situation actuelle est le fruit d’une mauvaise gestion politique et de l’abusivismo qui fait qu’une grande partie de la capitale a été construite illégalement, sans plan. Aujourd’hui encore il y a de vastes zones urbanisées sans raccordement avec le réseau de transport existant. Mais il faut avoir en tête que Rome a fait de grands efforts d’infrastructure en peu de temps alors que d’autres grandes villes européennes construisent leur réseau depuis plus de 150 ans.


[1] Delpirou Aurélien (dir) Atlas historique de Rome, Paris, Autrement (à paraître)

[2] Djament-Tran Géraldine (2011) Rome éternelle. Les métamorphoses de la capitale, Paris, Belin

Compte rendu de la séance avec Jean-Yves Authier et Sonia Lehman-Frisch

Compte-rendu du Séminaire SSU du 17 janvier 2013

 

A l’occasion de ce séminaire, Jean-Yves Authier et Sonia Lehman-Frisch nous ont présenté une partie des résultats issus d’une vaste enquête portant sur les manières d’habiter des enfants dans trois quartiers gentrifiés à Paris (les Batignolles), Londres (Stoke Newington) et San Francisco (Noe Valley). La place des familles et des enfants dans les quartiers gentrifiés a principalement été étudiée par l’intermédiaire du rôle des enfants dans les choix résidentiels des parents. Ces études s’intéressent surtout aux classes moyennes et au point de vue des parents plutôt qu’à celui des enfants. Les enfants sont pourtant eux aussi des habitants de ces quartiers. L’hypothèse générale de la recherche met en relation les manières d’habiter et de cohabiter des enfants et des parents, dont l’influence serait réciproque. L’axe de la recherche présenté ici porte plus spécifiquement sur les manières d’habiter et de cohabiter des enfants. Ces résultats ont fait l’objet d’une publication dans la revue Métropoles[1].

Dans la littérature francophone, la géographie des représentations dans les années 70 et plus récemment la psychologie environnementale ont analysé les perceptions et représentations de l’espace par les enfants. Les études portant sur ce champ de recherche sont plus abondantes dans la littérature anglophone, notamment à partir des années 1990 et le développement des Children’s Studies. Ces études permettent de dégager des grands processus dans le rapport des enfants à la ville, comme la privatisation des domaines des enfants dans la ville ou une dépendance spatiale croissante. Elles insistent également sur l’absence d’une géographie universelle de l’enfant et donc sur l’importance des différenciations sociales et résidentielles.

 Terrains et méthode d’enquête

Dans cette perspective, l’enquête présentée ici possède une dimension comparative. Elle a été menée dans trois quartiers de villes de pays du Nord : Paris, Londres et San Francisco. Dans ces trois villes, la question des enfants est une préoccupation des municipalités. Cette comparaison s’appuie sur des contextes nationaux et locaux différenciés, tant au niveau de l’histoire que de la morphologie urbaine. Les systèmes scolaires sont eux aussi multiples et font plus ou moins intervenir le facteur de la proximité géographique dans la fréquentation des écoles. Le système de la carte scolaire, qui prévaut en France et en Angleterre, n’est ainsi pas valable pour les Etats-Unis. La comparaison de ces trois quartiers interroge aussi l’existence d’une culture de la gentrification. S’ils peuvent être qualifiés de gentrifiés, ces quartiers n’ont pas la même situation : alors que les Batignolles et Stoke Newington sont des quartiers intermédiaires par rapport aux quartiers voisins, Noe Valley fait figure de quartier supergentrifié dans un contexte local particulier puisque la ville de San Francisco est connue pour être « the city without children ». La comparaison prend aussi en compte différents types d’écoles, publique et privée. Ce dernier critère introduit dans l’échantillon des écoles pouvant être proches spatialement et hétérogènes socialement.

Dans ces écoles, un dispositif méthodologique très complet a été mis en place, avec des entretiens avec les différents adultes intervenants auprès des enfants (parents mais aussi instituteurs et institutrices) et surtout avec les enfants eux-mêmes (144 entretiens). Des enfants des classes de CM1 et CM2 ont été interrogés, en retenant pour l’échantillon les enfants habitants dans la ville mais pas forcément dans le quartier où se situe l’école. Le choix de l’âge des enquêtés, entre 9 et 11, correspond à la période d’acquisition de l’autonomie.

Les variations du rapport au quartier : des différenciations sociales et spatiales

Une vue d’ensemble montre tout d’abord une appréciation positive et une bonne connaissance du quartier par les enfants, avec des usages très encadrés par les parents. L’étude du rapport au quartier en fonction du contexte résidentiel et du contexte social révèle cependant des différenciations importantes.

Le contexte résidentiel intervient dans le rapport au quartier des enfants à plusieurs niveaux: selon que les enfants résident ou non dans le quartier de leur école, en fonction de la distance domicile-école et enfin selon qu’ils habitent Paris, Londres ou San Francisco. Il y a une forte correspondance entre l’intensité des usages du quartier et la proximité entre le domicile et l’école. Les différenciations se font aussi à plus petite échelle, et renvoient à la spécificité des contextes urbains et nationaux. Par exemple, les activités extra-scolaires qui pour les trois quartiers sont à la base des pratiques locales, sont beaucoup plus présentes à Noe Valley et Stoke Newington, en lien avec des rythmes scolaires plus propices à ces activités.

Les manières d’habiter sont également socialement différenciées, avec une première distinction entre « enfants du public » et « enfants du privé », avec des pratiques plus intenses du quartier pour les premiers. En terme de milieux sociaux, les enfants des classes moyennes supérieures sont ceux qui ont le plus un usage intense du quartier. On retrouve cette tendance pour les enfants de classes populaires malgré certaines nuances en fonction des usages. En revanche, les enfants de classes moyennes apparaissent plutôt en retrait dans leur usage du quartier. Les variations des rapports au quartier peuvent aussi s’expliquer par le genre, l’âge ou le contexte familial (famille monoparentale, parents séparés) de l’enfant.

Finalement, l’ensemble des variables pris en compte dans la différenciation du rapport au quartier des enfants montre un effet de distance spatiale retravaillé par les différences sociales. Par exemple, les enfants de classes moyennes supérieures n’habitant pas le quartier de l’école ont un fort usage du quartier, ce qui montre que la distance n’est pas ici rédhibitoire. A l’inverse, pour les classes populaires, la proximité spatiale atténue la distance sociale.

L’analyse comparative montre des points communs et similarités entre ces trois quartiers gentrifiés mais aussi des différenciations fortes, avec notamment le cas des enfants du quartier américain dont les pratiques sont beaucoup plus encadrées. On voit alors apparaître l’influence du contexte national. Celui-ci n’explique cependant pas à lui seul les variations observées dans le rapport des enfants au quartier, résultant aussi de milieux sociaux différenciés et de la localisation du logement à une échelle plus fine. Ces variations s’expliquent plus par le milieu social que par le milieu spatial et diffèrent aussi en fonction d’autres variables comme le sexe, l’âge ou le contexte familial.

Discussion et échanges

 

Votre présentation montre bien les deux ancrages disciplinaires de la recherche. Comment mener une recherche pluridisciplinaire ?

Cela ne s’improvise pas. Une recherche pluridisciplinaire se construit dans le temps, au fur à mesure des travaux en commun, dans une sphère de proximité. Les différences entre les disciplines sont parfois moins importantes qu’au sein même d’une discipline.

Pouvez-vous revenir sur le choix des écoles et sur la distinction entre écoles publiques et privées ? La présence de ces écoles est-elle liée au processus de gentrification ou sont-elles présentes antérieurement ?

Le critère de choix des écoles (privé/public) n’est pas évident. L’absence d’école privée dans le quartier d’enquête à Londres a conduit au choix d’une école publique et d’une école publique confessionnelle pour le quartier de Stoke Newington. Cette école est néanmoins moins chère que les écoles privées non confessionnelles et son profil est plus proche des autres écoles publiques que des écoles privées. Pour l’école publique, le double critère de gratuité et de laïcité pose ainsi problème puisqu’en Angleterre les écoles peuvent être publiques, gratuites et néanmoins confessionnelles.

Comment recueillir la parole des enfants ? Le fait d’être un adulte n’influence-t-il pas la réponse aux questions ? Au regard de l’âge des enfants, ont-ils la capacité d’analyse nécessaire pour répondre aux questions ?

La méthodologie d’enquête s’est approfondie au cours du temps et la durée des entretiens a augmenté au fur et à mesure de la recherche. Cependant, les enfants sont des enquêtés comme les autres. On ne demande pas forcément aux adultes d’être analyseurs, sociologues de leurs pratiques, et il en va de même pour les enfants.

La méthode employée a fourni différents martiaux, des entretiens et des dessins, mais aussi différents points de vue qui permettent d’illustrer un même phénomène. Les dessins des enfants ont par exemple été commentés par les parents, montrant un certain décalage entre la perception du rapport au quartier des enfants par les parents et les représentations des enfants. L’accès aux classes a dans certains cas posé problème, notamment dans le contexte d’évaluation des écoles en Angleterre.

Dans votre intervention, vous avez évoqué le rapport au quartier en termes de fréquence (« très souvent », « souvent », « rarement », etc…) Comment avez-vous quantifié ces données ?

Ces données sont issues de l’analyse des entretiens retranscrits. A partir de données qualitatives, une base de données composée de différentes variables a été constituée, permettant de caractériser les pratiques du quartier notamment.

La trajectoire sociale des familles, ascendante ou descendante, a-t-elle un impact sur les pratiques spatiales des enfants?

La trajectoire sociale n’a pas été traitée nettement car les chercheurs ne disposent pas des trajectoires sociales des familles enquêtées.

Peut-on prendre en compte la variable ethnique pour expliquer les variations du rapport au quartier des enfants ? L’encadrement parental des pratiques ne varie-t-il pas en fonction de ce facteur ?

La variable ethnique est effectivement complexe à prendre en compte dans son ensemble dans le cadre d’une recherche portant sur plusieurs contextes nationaux. Elle nécessiterait d’être associée à un contexte spécifique.

Vous êtes-vous intéressé aux pratiques monétaires des enfants ? A la possibilité d’avoir de l’argent de poche par exemple ?

Cette dimension n’a pas fait l’objet de questions à proprement parler mais ce facteur est apparu dans certaines réponses, lorsque les enfants répondaient par exemple « je peux pas y aller parce que c’est trop cher » à propos de la pratique de certains lieux.


[1] Jean-Yves Authier et Sonia Lehman-Frisch, « Variations sur un thème : Les manières d’habiter des enfants dans les quartiers gentrifiés à Paris, Londres et San Francisco », Métropoles [En ligne], 11 | 2012, http://metropoles.revues.org/4584

Compte rendu de la séance avec Violaine Girard

Classes populaires périurbaines :

Au-delà du déclassement, quelles trajectoires résidentielles et professionnelles ?

 

Violaine Girard a présenté les résultats d’une enquête qui fera l’objet d’un article dans le premier numéro 2013 de la revue Politix.

A partir d’une enquête basée sur à la fois sur sa thèse achevée en 2009 et complétée par un travail de terrain en 2012, Violaine Girard dessine les contours sociologiques des classes pavillonnaires et de leur rapport à la politique en analysant leurs trajectoires résidentielles et professionnelles. Pour ce faire, elle prend à contre-pied les discours dominants selon lesquels les classes populaires des espaces péri-urbains seraient en proie à un déclassement social et économiques qui conduirait à une radicalisation politique, exprimée à travers un vote d’extrême-droite. Violaine Girard renverse cette caricature qui tient davantage du discours médiatique et politique simpliste que d’une réalité scientifique observée. Au contraire, selon elle, les classes populaires pavillonnaires sont inscrites dans des trajectoires d’ascension sociale qui passe par l’accession à la propriété et la professionnalisation dans des emplois techniques. A cet égard, elles se différencient de la classe ouvrière « classique », symbolisée par les bastions ouvriers des grands bassins industriels, par leur stabilité économique et leur rapport au travail mais elles se différencient également des classes moyennes dont elles ne partagent pas, loin s’en faut, les pratiques culturelles et l’intégration dans l’emploi public.

 Pour mener à bien cette enquête, Violaine Girard s’est intéressée à zone d’activité industrielle créée dans les années 1980 et située en périphérie d’une grande ville française. Elle a mobilisé un travail statistique important à partir des recensements des trois cantons concernés ainsi que des entretiens menés auprès des ménages vivant et travaillant dans cette zone.

I.               Eléments de caractérisation de l’espace étudié

Cette zone industrielle se caractérise par un tissu économique éclaté dans la mesure où on y trouve essentiellement des PME-PMI regroupées autour d’un grand groupe industriel français. En cela, cet espace se distingue des grands bassins industriels tels qu’on peut les trouver dans le nord ou l’est de la France : le morcellement induit des rapports au travail différents. Nous y reviendrons.

 Par ailleurs, Violaine Girard constate que les ouvriers et employés constituent plus d’un tiers des actifs de la zone et remet ainsi en cause l’équation entre classes moyennes et espace périurbain. L’analyse localisée qu’elle défend permet au contraire de montrer que les ménages s’installant dans ces zones périrubaines ne sont pas forcément issus des classes moyennes fuyant les prix trop élevés de l’immobilier en centre-ville mais surtout des classes populaires à la recherche d’une stabilité économique et sociale.

  Essentiellement de type industriel donc, l’offre d’emploi a par conséquent attiré de nombreux ménages populaires qui ont trouvé à proximité de la zone industrielle la possibilité d’accéder à la propriété et d’avoir « son petit coin à soi ».

 Pour donner corps aux statistiques, Violaine Girard s’est alors intéressée aux trajectoires de ces ménages en allant à leur rencontre.

II.             Trajectoires et rapport au vote

 

Les ménages des classes pavillonnaires partagent des parcours résidentiels et professionnels similaires. En voici les principales caractéristiques.

L’insertion dans le monde professionnel et la stabilité économique. Si les hommes sont majoritairement ouvriers (techniciens en fin de carrière) et les femmes employées, la majorité d’entre eux sont dans des emplois stables (CDI, indépendants) et le taux de chômage est faible. Les opportunités en termes d’offre d’emploi de la zone industrielle couplées à une forte valorisation du travail technique ont permis à ces personnes d’entrer rapidement dans le monde du travail et d’y gagner une stabilité financière (qui permet l’accès à la propriété) et conjugale (les études courtes et la stabilisation professionnelles conduisent les jeunes à se mettre en couple et fonder une famille très tôt).

L’importance du monde de l’entreprise. L’emploi privé dans le secteur industriel est en effet très largement favorisé et valorisé contrairement à l’emploi public (rares sont les personnes à travailler dans les postes, les mairies, etc.). On retrouve d’ailleurs dans les discours les valeurs attachées à l’emploi industriel (dureté du labeur, entreprenariat) et opposées en cela à l’emploi public (privilèges du fonctionnariat).

 Intégrer le monde de l’entreprise rapidement est donc un objectif pour la plupart des jeunes, poussés en cela par leur milieu familial qui valorise à la fois le travail technique et les gains économiques. De fait, l’école ne fait pas spécialement l’objet d’attentes et les études correspondent aux filières courtes et techniques (bac pro, BTS).

La respectabilité dans le travail et les loisirs. Ici, ce sont des valeurs telles que le respect de l’entreprise, la ponctualité, l’obéissance, l’investissement dans les tâches qui sont mises en avant. Les ouvriers ne partagent pas le même rapport au travail que leurs homologues des « bastions ouvriers » des banlieues de la métropole voisine : la syndicalisation est faible, voire inexistante, l’individualisme plus marqué. Le choix des loisirs permet aussi de se démarquer des classes moyennes (la musique est peu pratiquée, les sorties au cinéma, théâtre sont extrêmement rares) et des classes populaires de banlieues (le sport est privilégié tout comme l’implication dans des activités respectables comme les formations jeunes pompiers).

 Ainsi, les classes pavillonnaires sont effectivement dans des stratégies d’ascension qui passent avant tout par la filière professionnelle et donc les acquis économiques. Cependant, cette stabilité financière n’est pas investie dans des pratiques qui les rapprocheraient des classes moyennes (pratiques culturelles) mais plutôt dans des pratiques qui garantit leur appartenance à un groupe particulier dont elles gardent jalousement les frontières (limitation des logements groupés et/ou sociaux, choix des loisirs, choix professionnels pour les enfants).

 En conclusion, Violaine Girard aborde la question du rapport au vote, en particulier le vote d’extrême-droite. Elle souligne le fait qu’il n’y a pas de radicalisation des classes populaires en faveur du vote FN et rappelle d’ailleurs que la zone étudiée est traditionnellement située à droite de l’échiquier politique. Le rapport à la politique se caractérise surtout par une forte défiance vis-à-vis des partis de gauche qui s’expliquerait en grande partie par le clivage entre secteur privé et secteur public.

Echanges

  • contrairement à l’image renvoyée par les périurbains, il y a peu de mobilité. Comment l’expliquer ?

Les ménages étudiés habitent à côté de leur lieu de travail ce qui permet aussi de nuancer les recherches sur le périurbain soulignant l’importance de la voiture. La proximité est d’ailleurs valorisée (« l’usine est à 300 mètres, c’est idéal »). Remarquons également que les jeunes mobilisent aujourd’hui les ressources locales (pour trouver un terrain constructible par exemple) : il y des formes de solidarité qui se créent entre les personnes originaires du même endroit ce qui permet aussi de « protéger » l’espace résidentiel. Il s’agit d’un « capital d’autochtonie ».

  • peut-on vraiment parler de classes populaires étant donné leurs acquis économiques ?

Oui. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit pour la majorité d’ouvriers issus de familles ouvrières et qui ont acquis en toute fin de carrière un grade de technicien et des responsabilités afférentes. Il y a un certain affranchissement de la classe ouvrière mais pas une sortie des classes populaires, sachant que le critère culturel reste déterminant. Enfin, il faut prendre en compte les transformations du monde du travail : les conditions d’entrées sont plus dures (emplois de longue durée de plus en plus rares, qualifications scolaires plus exigeantes, etc.). Les classes pavillonnaires sont les premières touchées par ces transformations : les enfants qui cherchent du travail aujourd’hui ne sont pas à l’abri de la précarité.

  • on voit l’importance de l’estime sociale. Mais une estime sociale par rapport à qui ? De qui attendent-ils une reconnaissance ?

L’estime n’est pas forcément recherchée de manière consciente tout comme elle ne prend pas forcément corps dans des interactions sociales. Il s’agit plus de répondre à une certaine représentation sociale qui est centrée autour de la propriété (le pavillon) et qui permet de se distinguer des plus pauvres.

  • pourquoi avoir tout anonymisé ?

C’est une question très difficile à laquelle il n’y a pas vraiment de réponse. L’anonymisation peut faire sourire parfois dans la mesure où certains lieux sont parfaitement reconnaissables. Mais elle permet, et c’est essentiel, de ne pas stigmatiser les personnes rencontrées surtout lorsqu’elles abordent des questions personnelles (vote FN par exemple). Anonymiser, c’est donc une manière de respecter des enquêtés qui ont accordé leur confiance mais aussi de ne pas courir le risque de se voir « fermer » le terrain d’enquête en cas de publicisation. 

Compte rendu de la séance avec Juliet Carpenter

Compte-rendu séance séminaire SSU 15 décembre 2011 avec Juliet Carpenter

Compte-rendu : Martine Drozdz, Anouk Flamand, Juliet Carpenter

“Gouvernance hybride, spatial planning et communautés locales durables : regard sur les évolutions contemporaines des politiques d’aménagement au Royaume-Uni à la lumière du corridor de la Tamise”.

 Juliet Carpenter est Directrice de Recherches (Senior Research Fellow) au spatial planning group de l’institut d’oxford pour le développement durable (The Oxford Institute for Sustainable development). Après des premiers travaux portant sur la région parisienne (1994), elle se concentre sur l’analyse des politiques publiques britanniques relatives à l’aménagement et en aborde divers aspects : l’engagement des citoyens (2006-2008), les stratégies économiques (2010) et le rôle des chemins de dépendance (path dependence) dans la reconversion de certaines régions (2006 – 2008), les savoirs professionnels chez les aménageurs (2010), ou encore l’évaluation des programmes européens urbain type URBAN (2006). Plus récemment, elle a travaillé sur les impacts de la crise sur les programmes de renouvellement urbains (dans la région d’Oxford). Elle est actuellement invitée à l’Institut d’urbanisme de Lyon.

Résumé de la présentation :

Le séminaire s’est déroulé autour de la présentation par J. Carpenter de son article co-écrit avec Sue Brownhill, “Governance and “integrated planning” : the case of sustainable communities in the Thames Gateway, England »[1]. Cette article explore la façon dont s’est effectuée l’intégration des objectifs sociaux, économiques, démocratiques et environnementaux dans la pratique contemporaine de l’aménagement britannique, en s’appuyant sur l’exemple du projet régional Thames Gateway (estuaire de la Tamise).

Dans cet article, les auteurs soulignent l’émergence de nouvelles formes de gouvernances « hybrides », qui mêlent gouvernance en réseau et structures hiérarchiques centralisées classiques. L’article révèle les contradictions produites par ces arrangements institutionnels et analyse les tensions qu’elles produisent, en particulier dans la définition des objectifs à poursuivre. Dans les faits, la recherche d’une plus grande compétitivité économique s’accommode difficilement des visées sociales et environnementales. L’article se termine par une évaluation critique du programme phare du New Labour[2], les « communautés durables » (sustainable communities) et propose une série d’amélioration concernant de la gouvernance qui les préside.

La présentation a commencé par une présentation générale du contexte, suivie de l’analyse du projet Thames Gateway. La discussion a ensuite permis de préciser les changements contemporains affectant l’aménagement britannique, en particulier depuis le changement de majorité (2010) ; elle a permis également de préciser comment la question de la diversité est mobilisée dans ces politiques, ainsi que le profil des gouvernants du projet.

1/ Le contexte général : gouvernance et « city-regions »

Quinze ans après les politiques thatchériennes (1979-1997) qui avaient démantelé les gouvernements métropolitains britanniques, le New Labour revient au pouvoir avec le projet de restaurer l’échelon régional. Ces changements institutionnels s’ancrent dans une réflexion plus générale menée à ce moment-là par de nombreux experts et universitaires qui assistent à l’émergence des city-regions (régions métropolitaines) et observent le développement de régions urbaines polycentriques connectées entre elles et qui animent les échanges produits par la mondialisation contemporaine[3]. Ces régions urbaines sont identifiées par des auteurs comme Storper et Scott (2003)[4] comme des lieux-clés de la croissance économique dans un monde globalisé, où se concentrent les centres de décisions, l’innovation et la main-d’œuvre la plus qualifiée.

C’est dans ce contexte que se développe la question de savoir quelles sont les formes et les échelles de gouvernement les plus adaptées et les plus efficaces pour stimuler la création de telles entités. La réponse des Neotravaillistes à ces enjeux est double : ils décident de promouvoir les espaces urbains et de mettre en place une gouvernance régionale, horizontale et partenariale, associant acteurs privés et publics. La promotion des espaces urbains s’effectue sous les auspices du rapport Towards an Urban Renaissance publié en 1998 qui contient plus d’une centaine de recommandations. Les Regional Development Agencies, institutions gouvernementales en charge de la mise en place de stratégies économiques régionales (dissoutes en 2011), s’occupent de renforcer l’échelon régional.

Les ambitions des Neotravaillistes concernent également le niveau local et s’expriment par la mise en place d’une politique de valorisation des « communautés durables ». Ce terme traduit les préoccupations liées au développement durable, valorisant la cohésion sociale et la protection de l’environnement, au même titre que la croissance économique. Dans son rapport People, Places and Prosperity de 2005, le gouvernement définit les communautés durables comme des « endroits où les gens ont envie de vivre et travailler, maintenant et dans l’avenir ». Les communautés sont donc avant tout des lieux où la mixité fonctionnelle et la variété des types d’habitat permettent de d’ancrer les résidents. Cette définition s’accompagne de tout un ensemble de prescriptions concernant le type de gouvernance (inclusive et participative), les types de services, l’accessibilité, les aménités qu’une communauté durable doit posséder.

Source : Egan review, 2004

2/ Le projet Thames Gateway

Dans ce contexte défini à l’échelle nationale, le corridor de l’estuaire de la Tamise (Thames Gateway) est identifié comme un espace clé pour la réalisation de cette ambitieuse politique urbaine. Couvrant un périmètre de 60 km de long par 30 km de large situé à l’est de Londres, il constitue la plus grande zone de régénération en Europe de l’Ouest. Espace anciennement industrialisé, il se présente à la fois comme une extraordinaire opportunité, constituant une réserve foncière pour l’expansion de Londres, et espace problématique, requérant de larges investissements pour le rendre utilisable, en raison des niveaux élevés de pollution des sols.

Carte : les principaux sites du projet Thames Gateway

 

 Le projet est ambitieux : les objectifs affichés proposent une croissance démographique de 17% et une augmentation minimum de 24% du nombre d’emplois, soit l’équivalent de la création d’une ville comme Poitiers, sur une période de 10 ans (2005-2016). Le site devient par ailleurs un catalyseur d’investissements publics et privés à partir de 2005, accueillant les principales infrastructures des JO de 2012.

Thames Gateway avant:
Lower Lea Valley 1999

 

Thames Gateway après :
Lower Lea Valley 2016

 

Thames Gateway avant:
Eastern Quarry, Ebbsfleet 1997

 

Thames Gateway après:
Ebbsfleet Valley 2016

 

Thames Gateway avant:
London Riverside Barking 2003

 

Thames Gateway après:
London Riverside Barking 2016

 

Le coût du projet est évalué à 18 milliards d’euros. Les investissements actuellement consentis ne s’élèvent qu’à 1,2 milliards, bien insuffisant pour permettre la création ex nihilo de ces communautés durables. La crise économique que connaît le pays de 2008 met un frein aux projets les plus coûteux et concentre les investissements publics sur le site de Stratford et des JO.

3/ Les leçons du projet Thames Gateway

Si les réalisations ne sont pas à la hauteur des discours tenus en 2005, il n’en reste pas moins que ce projet a permis la mise en place de priorités et d’arrangements institutionnels durables dans la région métropolitaine londonienne, en rupture avec les deux décennies précédentes. La compétitivité régionale et l’amélioration de l’offre des territoires (supply-side) dans la capacité d’attraction de l’investissement privé, qui constituait la spécificité des années Thatcher du modèle de Canary Wharf, ont fait place à une politique plus inclusive. La question de la situation sociale des habitants actuels de l’estuaire est au moins abordée et les aspects sociaux de la regeneration sont désormais pris en compte.

Les nombreuses agences et quangos (quasi-government agencies) ont confirmé l’importance des organismes para-publics et des logiques partenariales dans la gouvernance des projets urbains. A l’arrière-plan de ce projet se lisent les principes du New Localism voulu par les Neotravaillistes : la création de régions urbaines compétitives, catalysant les investissements, gouvernés par un réseau d’acteurs publics/privés incarnant des coalitions de croissance régionales, équivalents britannique des régimes urbains décrits outre-Atlantique.

4/ La critique du concept de « communautés durables » et les difficultés d’une gouvernance « hybride ».

 L’article rend également compte des contradictions et des difficultés conceptuelles qui se cachent derrière la notion de « communautés durables ». C’est tout d’abord un concept normatif qui ne correspond que de façon assez lointaine aux réalités sociales, économiques et environnementales que l’on peut trouver dans l’estuaire. Le diagnostique territorial semblait n’avoir pris au sérieux les coûts exorbitants de la viabilisation des terrains tandis que la définition des communautés durables s’est mise à devenir une incantation qui permettait tout au mieux de créer un consensus localement, mais sans en prendre en compte les spécificités et les difficultés des lieux associés au projet.

Indépendamment des problèmes produits en amont, la forme de la gouvernance a également généré de nombreuses contradictions, expliquant l’échec du projet. Loin d’être parfaitement continus et intégrés, les réseaux d’acteurs et les partenariats rentraient régulièrement en conflit avec les autres formes de gouvernements plus hiérarchiques, en particulier les municipalités et les autorités régionales. Les difficultés de la mise en place d’une gouvernance régionale adaptée (fit-for-purpose) aux enjeux de la mondialisation montrent que la question de la « bonne échelle » du gouvernement des métropoles est loin d’être triviale.

La complexité des partenariats politiques fut également problématique. L’estuaire est gouverné par une vingtaine de structures régionales et locales dont les prérogatives diffèrent grandement. Cette diversité n’a pas permis une action concertée à l’échelle de l’estuaire. Le manque de clarté quant aux sources de financement a généré également de nombreux conflits entre les échelons de gouvernement et les acteurs privés et publics. Enfin, les suspensions de l’autorité des gouvernements représentatifs dans le cas des UDC (urban development corporation), fut également critiquée, alors que le projet entendait au contraire valoriser la participation de tous les échelons de gouvernements et celle de la société civile (gouvernance inclusive).

Conseils d’administration (“Management Boards”) des 3 partenariats et 2 UDCs

Nombre

%

Municipalités

35

49%

    – dont Elus

  – 33

  – 46%

    –  dont CEOs (gestionnaires)

  –   2

  –   3%

Secteur privé

18

25%

Autre secteur public

16

22%

Communautés / résidents etc (secteur associatif / collectif)

3

  4%

TOTAL

72

100%

L’importance accordée au secteur privé dans les partenariats constitue un autre aspect de cette gouvernance en réseau. Tournée avant tout vers le développement économique, elle semble avoir délaissé dans les faits les objectifs sociaux. Au final, l’omniprésence de la « compétitivité » dans les discours est elle aussi problématique, en particulier en ce qui concerne des espaces qui se caractérisent avant tout par des difficultés économiques et sociales persistantes induites par le départ de nombreuses industries. La promotion de communautés durables risque de n’être qu’un vœu pieux, si elle ne s’accompagne pas d’une politique sociale permettant d’intégrer de nouveaux les exclus des mutations de l’économie britannique.

Discussion :

La première partie de la discussion a permis d’évoquer l’évolution du projet liée au changement de majorité. Le projet Thames Gateway, au même titre que les autres projets régionaux (hormis Londres) ne font plus partie des priorités nationales. La dissolution des assemblées régionales a accompagné la publication d’un nouveau cadre national d’aménagement (le NPPF – National Planning Policy Framework) qui remplace  (avec 52 pages !) les guidances proposées par les gouvernements précédents. L’accent est désormais mis sur l’échelon local (localism bill – réforme du gouvernement local, votée en 2011) et sur l’importance du volontariat dans la gestion des services de proximité (Big Society), les plans  et les objectifs régionaux ont disparu.

Ensuite les discussions se sont attardées non seulement sur le rôle des élus locaux dans ces communautés durables ainsi que des perceptions des populations installées face aux nouvelles arrivées. La question du British national party a notamment été abordée, suite à la poussée d’un vote d’extrême droite dans ces zones aux dernières élections locales et nationales.

Ajoutons que la discussion a aussi porté sur les personnes qui guident ces programmes de communautés durables. Il a été fait état des parcours universitaires et professionnels des personnes en charge de ces projets pour des cabinets de conseil en regard avec les parcours des élus locaux engagés dans ces dispositifs. Bien que l’enquête n’ait pu analysé finement la concordance des carrières, il semble que des chemins communs aient été empruntés pouvant expliquer certains consensus.

Enfin l’avenir d’un tel projet et sa possible réplique en France ont aussi été au cœur de plusieurs questions. Il apparaît nettement que la dimension « communauté » demeure lointaine des représentations dominantes parmi les acteurs de la décision publique en France.


[1] Référence : Brownill S., Carpenter J. (2009)  “Governance and `Integrated’ Planning: The Case of Sustainable Communities in the Thames Gateway, England,” Urban Studies, 46, 2, p.p.251 –274 (accessible via JStor).

[2] Le parti néotravailliste, au pouvoir au Royaume-Uni de 1997 à 2010

[3] Ces nœuds urbains sont qualifiées différemment par les différents auteurs et courants qui s’intéressent aux formes spatiales produites par la mondialisation contemporaine : villes mondiales (Sassen, 1991, d’après l’hypothèse de Friedman, 1986), archipels mégalopolitains (Dollfus, 1996) ou métropolitains (Veltz, 1996), régions métropolitaines polycentriques (polycentric regions, Hall, 2007), etc.

[4] Scott A., Storper M. (2003) “Regions, Globalization, Development,” Regional Studies, 37, 6-7, p.p.549–578

Texte de discussion de l’intervention de Renaud Payre

Texte de discussion de Boris de Rogalski Landrot après l’intervention de Renaud Payre, « Un ordre politique urbain » le 6 octobre 2011 à l’ENS de Lyon

Ce texte se veut une discussion de l’analyse de science politique proposée par Renaud Payre en prenant le point de vue de l’histoire contemporaine, afin de cerner des points de discussion et de rencontre entre historien-ne-s et politistes.

° La question de la gouvernance d’un point de vue épistémologique

L’auteur souligne, du point de vue des sciences politiques et plus précisément selon une approche socio-historique, la distinction entre catégorie analytique et catégorie historique. Les catégories d’analyse désignent des « outils capables d’analyser des périodes distinctes », tandis que les catégories historiques « indiqu(ent) des ruptures  et s’appliqu(ent) à des situations historiques données ». Cette distinction s’inscrit dans une perspective constructiviste, qui souligne que les catégories historiques sont situées temporellement et s’inscrivent dans un contexte historique spécifique. Cette distinction invite, non seulement en science politique mais aussi en histoire, à une réflexion historiographique sur l’usage de certaines catégories. Il convient de distinguer, en amont, le processus de production d’une catégorie, sa diffusion dans un contexte historique donné et, en aval, son appropriation et son utilisation dans une démarche heuristique. Cette distinction entre en résonance avec les apports de la philosophie critique de l’histoire, je pense notamment à l’ouvrage de Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, paru en 1973 et qui rappelle qu’une production scientifique est située et qu’il convient de s’interroger sur les conditions spécifiques de son émergence. En d’autres termes, cela invite d’un point de vue épistémologique à se demander d’où l’on parle ?

Dans cette logique, l’auteur se demande si la gouvernance, utilisée dans les travaux de sciences politiques portant sur les régimes urbains, est une catégorie analytique ou plutôt une catégorie historique liée au contexte contemporain ?

La gouvernance s’inscrit dans une vision stato-centrée qui entre en résonance en France dans les années 1980 avec la diffusion de travaux américains et avec le processus de décentralisation renforcé par les lois Deffere. Ces lois sont souvent considérées comme le point d’orgue de la politique décentralisatrice de l’Etat et de la recomposition des interactions entre d’une part, l’Etat et le pouvoir local (ou les pouvoirs locaux), et d’autre part, à l’échelle locale, entre acteurs publics et privés. On comprend pourquoi le terme de gouvernance qualifiant les recompositions horizontales et verticales des relations entre acteurs publics et privés, apparaît dès lors comme très utile pour qualifier ce processus. Mais il faut souligner que selon une perspective historique ces lois ne constituent pas une rupture radicale. Il s’agit simplement d’une recomposition des rapports entre l’Etat et les acteurs locaux. En effet, en France les premières politiques décentralisatrices contemporaines sont intimement liées à la construction même de l’appareil politico-administratif qui prend forme au 19e siècle.

Par ailleurs, la multiplication des interactions entre acteurs publics et acteurs privés à l’échelle sur les questions de gouvernement urbain n’est pas propre à la seconde moitié du 20e siècle. Ces interactions sont constantes, notamment durant l’Entre-deux-guerres dans le cadre des politiques de planification urbaine portées par les édiles. Je pense par exemple à la création dans les années 1930 à Villeurbanne par Lazare Goujon, maire de 1924 à 1935, de la société d’économie mixte appelée Société Villeurbannaise d’Urbanisme. Cette dernière était chargée d’édifier le Nouveau Centre de Villeurbanne qui était doté d’un Palais du Travail, d’un nouvel Hôtel de Ville –bâtiment-symbole du pouvoir communal– et de logements à loyers modérés appelés « Gratte-Ciel ». On voit par ce simple exemple qu’avant les années 1980 le gouvernement de la ville se fonde sur des relations originales entre acteurs privés et publics. On peut donc déjà se demander si la gouvernance qualifie des formes originales (horizontales et verticales) de relations privées/publiques qui se nouent dans les années 1980, ou si la gouvernance peut être transposée à toute période historique et être considérée comme une catégorie analytique.

Au regard de la proposition classificatoire de Renaud Payre, il faut se demander si la gouvernance doit être qualifiée de catégorie analytique, transposable à toutes les périodes historiques, ou si elle apparaît comme une catégorie historique circonscrite à la première moitié du 20e siècle soit à son contexte d’élaboration ? Par ailleurs, il me semble que d’autres questions apparaissent : il convient de se demander si la catégorie de la gouvernance est applicable à tous les espaces urbains ? Le terme de gouvernance urbaine ne doit-il pas être associé plus spécifiquement aux villes occidentales, ou plutôt aux  global cities ? Les subaltern et les post-colonial studies nous invitent-elles justement pas à déplacer notre regard occidentalo-centré[1].

° La gouvernance selon l’approche historique

 

Cette réflexion proposée en science politique sur la « gouvernance » comme catégorie analytique, m’invite, en tant que doctorant en histoire contemporaine dans le cadre de la dimension pluridisciplinaire du laboratoire junior SSU, de développer la question de la « gouvernance » comme catégorie analytique mais d’un point de vue historique.

Des travaux historiques proposant une réflexion sur les gouvernements urbains se sont saisis du terme de « gouvernance » afin de tester son opérabilité heuristique en tant que catégorie analytique. C’est le cas de l’ouvrage  de Bruno DUMONS et Olivier ZELLER (dir.), Gouverner la ville en Europe. Du Moyen-Âge au XX siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, 182p. Cet ouvrage est un recueil d’articles qui fait suite au colloque sur “La ville européenne et ses pouvoirs”, organisé à Lyon en décembre 2002 par l’équipe “Histoire des villes” du Centre Pierre Léon (UMR 5599 du CNRS). L’appel à communication d’Oliver Zeller souligne que « Le concept de “gouvernance urbaine” désigne l’ensemble des pouvoirs susceptibles de participer aux décisions engageant la ville dans tous les domaines, qu’il s’agisse de choix politiques, urbanistiques, sociaux ou économiques. »[2]. La raison de l’usage de ce terme contemporain pour le contexte médiéval, moderne et contemporain tient à la volonté des organisateurs d’inviter les intervenants ne pas se focaliser uniquement sur les pouvoirs institutionnels de la ville, mais à prendre aussi en compte les différents pouvoirs informels, portés par des acteurs agissant sur la ville à différentes échelles.

Cette approche est alors nouvelle en France en histoire urbaine mais pas dans d’autres disciplines des sciences sociales traitant de l’urbain, comme le souligne les auteurs[3] :

« Il est une forme de pouvoir qui a, depuis quelques années, suscité un intérêt croissant des historiens de l’urbain, c’est ce qui concerne le « gouvernement » de la cité elle-même, à l’échelle de la municipalité. A l’heure où il est beaucoup question de décentralisation, une meilleure compréhension historique de ce qui caractérise le pouvoir « municipal » a été engagée. Désormais, il a fallu faire appel à des concepts polymorphes qui ont parfois cours dans les sciences sociales comme celui de « gouvernance » et de « gouvernement »[4]. Dans le cas de la « gouvernance urbaine », il s’agit de l’ensemble des pouvoirs susceptibles de participer aux décisions engageant la ville dans tous les domaines qu’il s’agisse de choix politiques, urbanistiques, sociaux et économiques[5]. Un tel concept est aujourd’hui d’usage courant chez les spécialistes de l’urbain pourvu qu’ils soient politistes, économistes ou sociologues[6]. Il a ainsi donné lieu à des recherches spécifiques sur la ville très contemporaine[7]. Toutefois, il n’est utilisé qu’incidemment chez les historiens. Les médiévistes et les modernistes de l’urbain ont été ici les premiers à adopter cette telle notion, notamment en abordant les questions relatives au combat en faveur des autonomies communales et aux pratiques déployées pour gouverner et gérer une cité ».

Ce travail a permis de poser clairement la question de l’usage heuristique en histoire de la gouvernance comme catégorie analytique puisque la collection des interventions s’étend de la période médiévale à la contemporaine. Cependant aucune intervention ne « passe le pas » en traitant de la « gouvernance » selon une démarche diachronique. En effet aucune des interventions ne se place à cheval sur plusieurs périodes, dépassant ainsi la périodisation historique classique et plaçant véritablement la gouvernance comme une catégorie d’analyse. De plus, on peut constater que le concept de gouvernance n’est pas saisi par l’ensemble des intervenants puisque sur 12 articles, cinq ont dans leur titre le concept de « gouvernance »[8] et que deux articles traitent du « gouvernement de la cité »[9]. Sans résoudre pleinement la question de la qualification de la « gouvernance » comme catégorie d’analyse en histoire, ce travail a le mérite d’avoir  posé clairement la question et dans ce sens il joue un rôle précurseur en France. Par ailleurs, un glissement semble s’opérer en histoire puisque l’on parle plus DES gouvernanceS que de LA gouvernance. On peut apprécier l’impact différencié d’un point de vue disciplinaire du terme de gouvernance en regardant l’occurrence du terme de « gouvernance » dans l’intitulé des les thèses inscrites dans le fichier central des thèses depuis 2002 : le terme de gouvernance apparaît très rarement dans l’intitulé des thèses d’histoire, ce qui est l’inverse en science politique. Est-ce un effet disciplinaire ? ou plus fondamentalement la question de la place de catégorisation en science politique et en historie qui se pose ?

° La question de la catégorisation en science politique et en histoire

Cette question de la catégorisation de « la gouvernance » souligne par ailleurs l’existence de points de discussion et de rencontre entre historiens-ennes et politistes. Ainsi, le recours au concept de « catégorie analytique » apparaît-il rarement dans l’historiographie française en tant que tel : il se trouve souvent privé de son adjectif qualificatif « analytique » ce qui montre une imprécision particulièrement problématique dans le processus classificatoire. Or la volonté de l’auteur de distinguer « catégorie analytique » et « catégorie historique », dans une logique de classification catégorielle, invite à approfondir ce raisonnement, non seulement en sciences politiques mais aussi en histoire.

Dans les années 1980, la discipline historique a été bouleversée par la remise en question du paradigme structuraliste. A la recherche d’invariants dans une logique systémique, s’est substituée, en réaction, une valorisation de l’événement et de la capacité de mise en action des individus et des groupes d’individus. Le courant de la microstoria a permis de saisir la capacité interprétative des individus et de fait leur capacité créatrice[10]. Cette approche d’histoire qualitative a permis de valoriser l’expérience individuelle et a eu pour effet de stimuler des travaux prosopographiques et les études d’histoire locale, longtemps dévalorisées par rapport à l’histoire nationale. Ce changement s’est accompagné d’une déconstruction de catégories non-opératoires d’un point de vue analytique, qui relèvent du domaine des représentations, comme celle de « classe sociale »[11]. Cette évolution paradigmatique a pu être qualifiée, il y a 30 ans, de processus de fragmentation de la discipline historique donnant forme à une « histoire en miettes », en raison de la multiplication des objets historiques. Cependant, l’utilisation des « catégories d’analyses » comme grilles de lecture que l’on peut utiliser sur l’ensemble des périodes historiques apparaît surtout dans des approches pluridisciplinaires particulièrement fécondes comme par exemple en anthropologie historique, dans les études sur le genre[12] ou les urban studies.

Cette proposition d’une catégorie d’analyse appelée « ordre politique urbain » est particulièrement intéressante dans une perspective constructiviste, et tend à stimuler des travaux comparatistes en histoire urbaine afin de mettre en question le processus de construction de cet « ordre politique urbain ». Je me demandais tout d’abord quelle était l’influence des travaux de Michel Foucault dans votre analyse ? Ensuite, cette catégorie analytique d’ « ordre politique urbain » peut-être appliquée à partir de la loi municipale de 1884, soit à partir du moment ou le maire apparaît comme un « leader », mais ne peut-elle être appliquée au XIX siècle afin d’interroger les relations entre le pouvoir préfectoral et les habitants des villes ?

° La ville, objet et sujet d’étude

L’étude des politiques communales, stimulée notamment par les travaux de sociologie urbaine dans les années 1970-1980 sur la question de l’autonomisation communale dans une logique de différenciation selon le paradigme centre-périphérie ont permis de mettre en valeur la capacité des édiles à agir sur leur territoire[13]. Mais cette approche ne questionne pas la ville en tant que telle, ni n’en donne une définition précise. La ville apparaît uniquement comme un cadre commode d’observation de changements sociaux, économiques, politiques et culturels. Or les travaux d’histoire urbaine s’interrogeant sur la « ville » en tant qu’objet, ont permis de souligner que la ville a une épaisseur historique, Bernard Lepetit écrivait dans ce sens :

« Objet – construit par les hommes, analysé par la science historique – la ville est aussi sujet de l’histoire. Elle est plus qu’un cadre, plus que la simple somme des éléments qui la composent. Par son existence même, elle est créatrice d’innovations qui affectent son propre devenir. »

Cependant, vous proposez de dépasser cette opposition entre le central et le local, qui s’inscrit toujours dans une vision stato-centrée, en insistant sur le rôle des édiles dans la régulation des territoires urbains. L’auteur insiste notamment sur la nécessité d’entreprendre une démarche prosopographique, en s’intéressant aux acteurs publics locaux, qui peuvent jouer de la cumulation des mandats ou des activités afin d’agir sur les deux échelles, national et local, ou sur des espaces intermédiaires. La logique de cumulation des mandats participe par ailleurs de la stratégie des maires à faire connaître et à défendre leurs intérêts locaux à l’échelle nationale.

Voire, leur action mayorale peut être utilisée comme un laboratoire d’expériences politiques appliquées ultérieurement à l’échelle nationale. C’est ce que démontrent les travaux de Jean-Charles Geslot qui s’est intéressé à l’action culturelle menée à Versailles par Edouard Charton, conseiller municipal de la ville de 1865 à 1874. Et dont l’objectif était d’évaluer l’impact de cette expérience locale sur la politique qu’il mène ensuite à l’échelle nationale comme sénateur de l’Yonne. Ce travail a été présenté le 22 octobre 2010, lors de la journée d’étude intitulée « l’édilité, moteur du changement social et culturel ? », organisée par Juliette Aubrun, Jean-Charles Geslot et Caroline Varlet, avec le soutien du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et du Centre de recherche en histoire (EHESS). Il s’agissait de s’interroger, dans la continuité des travaux initiés par Christian Topalov, sur le rôle effectif joué par les édiles dans la modernisation de leurs communes, par le biais de leurs interventions dans le domaine social et culturel entre le milieu du XIXe siècle et l’entre-deux-guerres. Le postulat de départ : les communes seraient des laboratoires, des lieux d’expérimentation de nouvelles pratiques sociales et culturelles, impulsées par les édiles et s’inscrivant pour certaines dans de véritables politiques municipales.


[1] Gayatri Chakravorty Spivak, Les Subalternes peuvent-elles parler?, traduction de Jérôme Vidal, éditions Amsterdam, 2009, 122 pages.

[3] Bruno DUMONS et Olivier ZELLER (dir.), Gouverner la ville en Europe. Du Moyen-Âge au XX siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, p.9-10.

[4] Renvoie notamment à l’ouvrage de Olivier IHL, Martine Kaluszynski et Gilles POLLET, Les science de gouvernement », Paris, Economica, 2003, 218p.

[5] Renvoie à Thierry PAQUOT (dir.), La Ville et l’urbain. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2000 ; Bernard LEPETIT et Christian TOPALOV, La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001.

[6] Renvoie aux travaux de Patrick Le Galès.

[7] O. BORRAZ, Gouverner une ville. Besançon (1958-1989), Rennes, PUR, 1996.

[8] Anna BELLAVITIS, « La gouvernance du luxe. Venise et ses pompes », p.29-36 ; Gilbert LAGUIER, « Institutions municipales et gouvernance à Narbonne dans la première moitié du XVII siècle », p.37-46 ; Martial GANTELET, « Le choc de la guerre. La gouvernance d’une « ville-frontière » au milieu du XVII siècle Metz (1645-1646), p.47-62 ; Estelle BARET-BOURGOIN, « Gouvernance urbaine et acteurs économiques dans la ville du XIX siècle. La bataille de l’excrément à Grenoble », p.91-104 et Aisling HEALY, « La gouvernance urbaine comme discours politiques. La plan Technopole de la Communauté Urbaine de Lyon », p.163.

[9] Yann LIGNEREUX « Le gouvernement de la cité entre la valeur et l’usage. Le cas de Lyon durant la première moitié du XVII siècle », p. 63-72 et Bruno DUMONS et Gilles POLLET, « Entrer au service du gouvernement de la cité. Elites administratives et fonctions municipales dans des villes de la France du Sud-Est (1880-1940), p.105-120.

[10] Carlo Ginzburg , Le fromage et les vers : l’univers d’un meunier du XVIe siècle, traduit de l’italien par Monique Aymard, Paris, Flammarion, 1980, 220p.

[11] En opposition à l’analyse d’Ernest Labrousse, Roland Mousnier souligne que la société d’Ancien Régime n’est pas une société de « classe » mais d’ « ordre » : la hiérarchie sociale se fonde sur l’estime sociale collective attachée à chaque état ou chaque fonction.

[12] Le genre apparaît ainsi comme « une catégorie d’analyse historique » selon Joan Scott  (Joan Scott, « Le Genre de l’histoire », in Cahiers du GRIF (Paris), printemps 1988, p. 125-153).

[13] Bernard MEURET, Le socialisme municipal, Villeurbanne 1880-1982, Lyon, PUL, 1982, 298p.

Compte rendu de la séance avec Michel Lussault

Le 10 mai 2012, pour la dernière séance de l’année universitaire, le laboratoire junior Sciences sociales de l’urbain accueillait Michel Lussault, Professeur de géographie à l’École normale supérieure de Lyon, UMR 5600.

Michel Lussault milite pour le développement des « études urbaines » dans la lignée des « urban studies » anglo-américaines. Dans ce cadre, le chercheur part toujours d’une discipline (celle dans laquelle il a été formé) pour ensuite s’en détacher et se concentrer sur l’objet urbain ; et sans pour autant revenir à sa discipline d’origine d’ailleurs. Délimitation stricte de  la recherche dans une discipline spécifique est, selon lui, une lacune de la recherche française. L’état et le statut des objets urbains sont en effet des réalités qu’on comprend mal avec les bagages universitaires et disciplinaires classiques.

 Michel Lussault est rétif à l’idée d’un savoir totalisant. Pour lui, les études urbaines relèvent plus d’une logique de champs que d’objet. Il s’agirait d’une « sorte de géographie appliquée à la question urbaine ». L’intérêt est alors porté à l’organisation de l’espace et à la structuration des spatialités urbaines.

Nous sommes actuellement à un moment historique particulier : l’urbain n’a pas toujours existé et n’existera pas toujours. L’urbain constitue notre contemporanéité. Dès lors, il y a deux façons de travailler : sur l’organisation spatiale et sur les spatialités (le « faire avec l’espace » mentionné dans L’homme spatial[1]).

« L’Espace, c’est une série de réponses à une question », car l’espace est le contenu de la relation sociale, et non un simple contenant. Michel Lussault préfère comprendre la spatialité urbaine en tant qu’elle fabrique l’organisation spatiale des relations sociales : selon cette logique, il faut partir de la spatialité pour étudier les pratiques. Dès lors, sa thèse consiste à aborder les « récits d’action spatiale ».

Ses réflexions sont le plus souvent appuyées sur une étude poussée de « petites réalités urbaines ». Chaque petite réalité urbaine est conçue comme un système qui contient en puissance l’intégralité de la complexité du système. Ainsi, ces petites réalités urbaines, aussi petites soient-elles, permettent des montées en généralité.

 

Posture de recherche actuelle qui trouve son origine dans une série d’insatisfactions :

1° Les liens entre l’action des individus et les dynamiques d’organisation des espaces sont des liens souvent postulés mais jamais véritablement démontrés ; de même que les liens entre espace et action. Cet état de fait s’explique par le fait que l’espace n’est jamais stable : le moindre acte le remet en cause. Cette attitude est déstabilisante pour les géographies qui cherchent à stabiliser l’espace. Ceci explique que Michel Lussault n’utilise jamais de carte, et ne fait jamais de description d’un espace urbain à un moment donné.

Exemple d’un acte déstabilisateur de l’espace : cas de Detroit où quelques acteurs ont été les initiateurs en acte de la dépopulation de la ville, selon la logique de la prophétie auto-réalisatrice (cf. STASAZK J.F. « Détruire Detroit »[2]). Analyse qui s’aligne sur la position de Michel Lussault, pour qui tout acte spatial est performatif. Dès lors, il faut toujours partir d’exemples concrets.

2° Insatisfaction sur la manière dont les savoirs classiques de la géographie urbaine appréhendent l’état des villes : problème de l’utilisation du langage de la ville au lieu du langage de l’urbain. Thèse centrale dans l’œuvre de Lussault du passage de la ville à l’urbain.

La ville est un état d’organisation des espaces et des sociétés qui est aujourd’hui fini (avec éventuellement des traces relictuelles).

Historiquement, l’approche de l’urbain a été consolidée notamment par Françoise Choay. Dans un mouvement généralisé d’urbanisation du monde, l’urbain décrit les nouvelles manières que les sociétés ont de s’organiser. Même constat pour Olivier Mongin : « le genre du monde est urbain »[3].

Quelles sont alors les caractéristiques spécifiques de l’urbain ?

Dernier champ de réflexion pour Lussault, travail sur un champ de termes. NB : publication à venir sur les « mots de l’urbain ». Réflexion avec toujours la volonté qu’un mot ait un seul sens. Michel Lussault veut faire que les mots soient les moins équivoques possible. D’ailleurs, dans son œuvre, il refuse d’utiliser le mot palimpseste et il évite au maximum les métaphores. A la rigueur, s’il faut utiliser une métaphore pour l’urbain, ce serait celle du bric-à-brac d’un brocanteur collecteur.

Derrière ce travail sur les mots, il y a une critique du fait que l’urbain soit organisé, qu’il y ait un pilote, un dessin surplombant sur l’urbain mondial. Il existe certes quelques dessins situés, localisés. C’est le cas par exemple en France qui est « tenue territorialement » par l’idéologie de l’aménagement du territoire ; idéologie qui est reportée à l‘échelle locale avec la décentralisation. Toutefois, même là, il n’existe pas de politique de contrôle de la périurbanisation : on a affaire à des « Intentionnalités situées », à des « actes urbains forts sur une circonscription spécifique » ; sans pour autant qu’il y ait une grande vue d’ensemble.

Détails de quelques termes clés de l’urbain

Multi-organisation des espaces de l’urbain. Tous les acteurs concourent à l’urbain. Cet angle d’approche modifie totalement la façon de diagnostiquer l’urbain et par extension de concevoir l’urbanisme. Disparaît alors l’urbanisme guérisseur, qui prétendait traiter ce qu’il pense pouvoir diagnostiquer.

L’espace social (en tant qu’espace géographique) n’est jamais organisé : il est auto-organisé, d’où un développement imprévu. La notion de multi-organisation retourne les questions et inverse les ordres de priorité. C’est une vision foncièrement individualiste qui est reprise dans le titre L’homme spatial : spatial est le prédicat et non un adjectif.

Hyperspatialisation généralisée des sociétés urbaines. Exemple des espaces commutateurs qui fonctionnent selon des principes qui étoffent une « arborescence sémantique ». Internet est un de ces espaces qui fonctionne sur une série d’outres-espaces. Réseau social : qu’est-ce qu’on admet comme proximité acceptable ?

Place importante donnée à la tension centralisation / périphérisation, centralité / périphéricité. Distanciation de la géographie et de la topographie. Gradients de centralité qui peuvent avoir un côté mécanique, gênant. Etude des spatialités qui permet de dépasser ce côté mécanique. Cf. exemple des Nuits Sonores[4] : centralité temporaire des lieux de concert, qui sont en temps ordinaire des périphéries souvent délaissées (ancien marché-gare de la Confluence).

En règle générale, Michel Lussault privilégie les mots en « ion » qui décrivent les processus, contrairement aux états qu’on n’arrive jamais à définir.

Michel Lussault conclue ainsi : son objectif est de comprendre l’organisation urbaine comme nouveau genre d’organisation des réalités sociales et spatiales.

*  *  *

Interactions avec l’auditoire

  • · Problèmes de ces principes : ils font exploser / imploser les pratiques. Ce qui pose la question du coût du changement social.
  • · Pour Lussault, il y a une véritable universalité des questionnements sur la ville et l’urbain quelle que soit la langue. Quelle que soit les cultures, on retrouve la question centrale de qu’est-ce qui fait agir les individus, plus la question de qu’est qui fait l’acteur. Même s’il n’y a pas d’équivalence parfaite des termes entre les différentes langues, notamment entre l’anglais et le français.

Pour se faire comprendre des non-francophones, il faut prendre des biais. Par exemple, avec les des Anglophones, il « suffit » de dire que je veux montrer que Melvin Weber[5] avait raison et là ils comprennent tout de suite ce dont on parle. Les interrogations sur l’urbain font d’ailleurs écho à des débats actuels aux Etats-Unis qui demandent si on aurait perdu des milieux sociaux avec la périurbanisation.

Il n’y a pas une géographie urbaine française, mais une manière française de poser des questions de géographie, parce que les cultures spatiales ne sont pas les mêmes. Il n’y a pas de disparition des cultures situées avec la mondialisation, au contraire (cf. les écrits de Arjun Appadurai).

  • · Michel Lussault n’a jamais voulu constituer une école, ni d’ailleurs ne revendique des disciples. Si on choisit d’utiliser ses idées, il faut tout prendre parce que sa pensée est conçue comme un système cohérent. Il promeut l’étude de l’action spatiale. Peut-être il adopte une façon non standard de faire de la géographie !
  • · Il parle d’une géographie non standard à partir du moment où il y a une prise en compte des données immatérielles. Il ne faut pas opposer immatériel et matériel mais les associer. Ainsi, qu’est qui permet de différencier les situations urbaines ? : le « capital image » (des corpus imaginaires) qui qualifient une situation urbaine, qui s’ajoutent à une urbanité. Cf. thèse de Marc Dumont sur le capital image[6].

NB : aujourd’hui, pratiquement tous les cabinets internationaux de conseil ont des départements d’études urbaines. Ces cabinets de consultants vendent des prestations à des acteurs, ici souvent des palmarès urbains. Ces palmarès sont construits sur des critères de fonctionnalité, mais il relève aussi (et de plus en plus) de l’ordre de la culture urbaine, de l’image urbaine considérée comme un capital thésaurisable. Et surtout ce capital image peut être capitalisé pour être source d’investissements. L’image urbaine est alors vue par les entreprises comme un système autotélique. Ce capital image devient un élément de la « fabrique du monde urbain généralisé ». Cf. exemple de Liverpool dans L’homme spatial.

L’image fait partie de l’urbanité. Voire, c’est elle qui fait la grande différence entre les aires urbaines banales et les grandes métropoles mondiales dont le capital image leur permet d’acheter tout ce qu’elle veulent, et notamment de la spécificité. Alors que les autres métropoles ne seront jamais capables de produire de la spécificité.

  • · Jacques Lévy : « modèle Johannesburg » et « modèle Amsterdam » reflètent sa conception de l’urbanité comme couple densité / diversité.
  • · Exemple de Villeurbanne comme illustration du passage de la ville à l’urbain.

La notion de gouvernance recouvre l’intuition que de nouvelles configurations d’organisation politiques apparaissent et c’est pour cela que l’on crée ce terme (en mauvais français).

Quels sont les indices du passage de la ville à l’urbain ?

Pour Choay, le passage à l’urbain est marqué par l’apparition de la discontinuité avec la généralisation de l’étalement urbain, de la périurbanisation. Pour Lussault, c’est le principe « d’illimitation », principe qui renvoie à la possibilité de toujours pouvoir connecter un point ultime à un autre.

2e critère : comment décrit-on un espace urbain aujourd’hui ? Pour certains, l’urbain est déjà dépassé : cf. le « post-urbain » (Mongin). Cf. roman de Science-Fiction de Isaac Asimov, Face aux feux du soleil (1957) qui exprime une utopie urbaine où tout point est central.

3e critère : crise du régime iconographique, de la manière qu’on a de représenter la ville. Rupture dans les années 1950-1960 de la manière classique de représenter la ville, à savoir l’archétype du plan directeur (possibilité de voir en plan et de tout maitriser).

Aujourd’hui, si on veut représenter l’urbain, on se confronte à une situation problématique : où commencer et où s’arrêter ? On constate une extraordinaire difficulté à voir l’ensemble de l’urbain. Cf. utilisation de Google Maps ou Google Earth (véritable révolution en son temps) : nouveau standard visuel de l’urbain généralisé. Le passage à l’urbain est manifesté par un changement de représentation visuelle. Cf. On est tous dans le brouillard de l’ethnologue Colette Pétonnet[7].

Dans l’urbain, on sait où on est (en tant qu’individu), on sait se place en relatif, mais on ne sait plus globalement ce que c’est cette chose dans laquelle on se trouve.


[1] Lussault Michel (2007) L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil

[2] Staszak Jean-François (1999) « Détruire Détroit. La crise humaine comme produit culturel », Annales de Géographie, t. 108, n°607, pp. 277-299.

[3] Mongin Olivier (2005) La condition urbaine : La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil.

[4] Festival de musique électronique qui a lieu à Lyon courant avril.

[5] Urbaniste (urban designer) et théoricien américain, particulièrement influent dans les années 1960 et 1970, notamment l’idée de ‘community without propinquity’.

[6] Dumont Marc (2003) Langages, espace, procédures d’organisation. Une analytique de la dimension politique des pratiques d’aménagement en milieu urbain, thèse de doctorat en Géographie Urbaine, Tours, 608 p.

[7] Pétonnet Colette (1979) On est tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues, Paris, Galilée.