Aurélien Delpirou « Roma, caput mundi ? La ville éternelle dans la mondialisation » (11 avril 2013)

Aurélien Delpirou, géographe, Maître de Conférences à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Université Paris-Est Créteil), chercheur au laboratoire Lab’Urba, interviendra le 11 avril 2013 pour une nouvelle séance du laboratoire junior. Voici le résumé de cette séance.

« Roma, caput mundi ? La ville éternelle dans la mondialisation »

Rome occupe une place singulière dans la mondialisation. D’un côté, elle jouit d’une influence et d’une aura exceptionnelles à l’échelle internationale en tant que matrice de la civilisation occidentale, métropole religieuse et culturelle, pôle touristique majeur (troisième destination en Europe après Paris et Londres), capitale de l’Etat italien et siège du Vatican. De l’autre, ses bases économiques limitées, héritage de choix politiques en faveur d’une ville administrative et préservée de l’industrialisation, ont longtemps contribué à la marginaliser dans le système métropolitain mondial. A l’échelle nationale, le partage des tâches avec Milan, qui concentre la moitié des sociétés par actions du pays, la plupart des sièges sociaux et les secteurs les plus internationalisés, demeure inégal.

Toutefois, l’opposition ancienne entre « capitale économique » et « capitale politique improductive » est en passe d’être dépassée. En effet, depuis une vingtaine d’années, l’économie romaine est restée dynamique dans un contexte national déprimé. Cette « révolution de l’économie romaine » s’est fondée sur le développement de l’économie présentielle (tourisme, immobilier), mais aussi sur celui d’activités technopolitaines à forte valeur ajoutée (gestion, conception, informatique). Elle s’est traduite par une progression notable de la ville dans les classements internationaux et par le renforcement de son attractivité auprès des grands acteurs de l’économie mondiale.

La périphérie romaine a été le principal réceptacle de ces dynamiques. Au cours des deux dernières décennies, la croissance de Rome s’est opérée sous la forme d’une urbanisation extensive et spécialisée des espaces agricoles et naturels de l’agro romano (campagne romaine) : installation de fonctions directionnelles, ouverture d’immenses centres commerciaux, émergence de la « Tiburtina Valley », pépinière d’entreprises technologiques parmi les plus actives du pays. Le nouveau plan régulateur, adopté en 2008 et ouvertement inspiré du plan stratégique de Barcelone, souhaite accompagner ces dynamiques en créant de nouvelles « centralités périphériques » concentrant des activités et des services autour des principaux nœuds d’échanges. La croissance et la complexification des mobilités attestent des nouveaux liens fonctionnels qui se nouent entre le centre et une périphérie qui ne peut plus être analysée à travers les seuls prismes de la construction abusive, de la dépendance et de la marginalisation socio-spatiale.

Rappel : la séance se tiendra à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F113.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.