Compte rendu de la séance avec Jean-Yves Authier et Sonia Lehman-Frisch

Compte-rendu du Séminaire SSU du 17 janvier 2013

 

A l’occasion de ce séminaire, Jean-Yves Authier et Sonia Lehman-Frisch nous ont présenté une partie des résultats issus d’une vaste enquête portant sur les manières d’habiter des enfants dans trois quartiers gentrifiés à Paris (les Batignolles), Londres (Stoke Newington) et San Francisco (Noe Valley). La place des familles et des enfants dans les quartiers gentrifiés a principalement été étudiée par l’intermédiaire du rôle des enfants dans les choix résidentiels des parents. Ces études s’intéressent surtout aux classes moyennes et au point de vue des parents plutôt qu’à celui des enfants. Les enfants sont pourtant eux aussi des habitants de ces quartiers. L’hypothèse générale de la recherche met en relation les manières d’habiter et de cohabiter des enfants et des parents, dont l’influence serait réciproque. L’axe de la recherche présenté ici porte plus spécifiquement sur les manières d’habiter et de cohabiter des enfants. Ces résultats ont fait l’objet d’une publication dans la revue Métropoles[1].

Dans la littérature francophone, la géographie des représentations dans les années 70 et plus récemment la psychologie environnementale ont analysé les perceptions et représentations de l’espace par les enfants. Les études portant sur ce champ de recherche sont plus abondantes dans la littérature anglophone, notamment à partir des années 1990 et le développement des Children’s Studies. Ces études permettent de dégager des grands processus dans le rapport des enfants à la ville, comme la privatisation des domaines des enfants dans la ville ou une dépendance spatiale croissante. Elles insistent également sur l’absence d’une géographie universelle de l’enfant et donc sur l’importance des différenciations sociales et résidentielles.

 Terrains et méthode d’enquête

Dans cette perspective, l’enquête présentée ici possède une dimension comparative. Elle a été menée dans trois quartiers de villes de pays du Nord : Paris, Londres et San Francisco. Dans ces trois villes, la question des enfants est une préoccupation des municipalités. Cette comparaison s’appuie sur des contextes nationaux et locaux différenciés, tant au niveau de l’histoire que de la morphologie urbaine. Les systèmes scolaires sont eux aussi multiples et font plus ou moins intervenir le facteur de la proximité géographique dans la fréquentation des écoles. Le système de la carte scolaire, qui prévaut en France et en Angleterre, n’est ainsi pas valable pour les Etats-Unis. La comparaison de ces trois quartiers interroge aussi l’existence d’une culture de la gentrification. S’ils peuvent être qualifiés de gentrifiés, ces quartiers n’ont pas la même situation : alors que les Batignolles et Stoke Newington sont des quartiers intermédiaires par rapport aux quartiers voisins, Noe Valley fait figure de quartier supergentrifié dans un contexte local particulier puisque la ville de San Francisco est connue pour être « the city without children ». La comparaison prend aussi en compte différents types d’écoles, publique et privée. Ce dernier critère introduit dans l’échantillon des écoles pouvant être proches spatialement et hétérogènes socialement.

Dans ces écoles, un dispositif méthodologique très complet a été mis en place, avec des entretiens avec les différents adultes intervenants auprès des enfants (parents mais aussi instituteurs et institutrices) et surtout avec les enfants eux-mêmes (144 entretiens). Des enfants des classes de CM1 et CM2 ont été interrogés, en retenant pour l’échantillon les enfants habitants dans la ville mais pas forcément dans le quartier où se situe l’école. Le choix de l’âge des enquêtés, entre 9 et 11, correspond à la période d’acquisition de l’autonomie.

Les variations du rapport au quartier : des différenciations sociales et spatiales

Une vue d’ensemble montre tout d’abord une appréciation positive et une bonne connaissance du quartier par les enfants, avec des usages très encadrés par les parents. L’étude du rapport au quartier en fonction du contexte résidentiel et du contexte social révèle cependant des différenciations importantes.

Le contexte résidentiel intervient dans le rapport au quartier des enfants à plusieurs niveaux: selon que les enfants résident ou non dans le quartier de leur école, en fonction de la distance domicile-école et enfin selon qu’ils habitent Paris, Londres ou San Francisco. Il y a une forte correspondance entre l’intensité des usages du quartier et la proximité entre le domicile et l’école. Les différenciations se font aussi à plus petite échelle, et renvoient à la spécificité des contextes urbains et nationaux. Par exemple, les activités extra-scolaires qui pour les trois quartiers sont à la base des pratiques locales, sont beaucoup plus présentes à Noe Valley et Stoke Newington, en lien avec des rythmes scolaires plus propices à ces activités.

Les manières d’habiter sont également socialement différenciées, avec une première distinction entre « enfants du public » et « enfants du privé », avec des pratiques plus intenses du quartier pour les premiers. En terme de milieux sociaux, les enfants des classes moyennes supérieures sont ceux qui ont le plus un usage intense du quartier. On retrouve cette tendance pour les enfants de classes populaires malgré certaines nuances en fonction des usages. En revanche, les enfants de classes moyennes apparaissent plutôt en retrait dans leur usage du quartier. Les variations des rapports au quartier peuvent aussi s’expliquer par le genre, l’âge ou le contexte familial (famille monoparentale, parents séparés) de l’enfant.

Finalement, l’ensemble des variables pris en compte dans la différenciation du rapport au quartier des enfants montre un effet de distance spatiale retravaillé par les différences sociales. Par exemple, les enfants de classes moyennes supérieures n’habitant pas le quartier de l’école ont un fort usage du quartier, ce qui montre que la distance n’est pas ici rédhibitoire. A l’inverse, pour les classes populaires, la proximité spatiale atténue la distance sociale.

L’analyse comparative montre des points communs et similarités entre ces trois quartiers gentrifiés mais aussi des différenciations fortes, avec notamment le cas des enfants du quartier américain dont les pratiques sont beaucoup plus encadrées. On voit alors apparaître l’influence du contexte national. Celui-ci n’explique cependant pas à lui seul les variations observées dans le rapport des enfants au quartier, résultant aussi de milieux sociaux différenciés et de la localisation du logement à une échelle plus fine. Ces variations s’expliquent plus par le milieu social que par le milieu spatial et diffèrent aussi en fonction d’autres variables comme le sexe, l’âge ou le contexte familial.

Discussion et échanges

 

Votre présentation montre bien les deux ancrages disciplinaires de la recherche. Comment mener une recherche pluridisciplinaire ?

Cela ne s’improvise pas. Une recherche pluridisciplinaire se construit dans le temps, au fur à mesure des travaux en commun, dans une sphère de proximité. Les différences entre les disciplines sont parfois moins importantes qu’au sein même d’une discipline.

Pouvez-vous revenir sur le choix des écoles et sur la distinction entre écoles publiques et privées ? La présence de ces écoles est-elle liée au processus de gentrification ou sont-elles présentes antérieurement ?

Le critère de choix des écoles (privé/public) n’est pas évident. L’absence d’école privée dans le quartier d’enquête à Londres a conduit au choix d’une école publique et d’une école publique confessionnelle pour le quartier de Stoke Newington. Cette école est néanmoins moins chère que les écoles privées non confessionnelles et son profil est plus proche des autres écoles publiques que des écoles privées. Pour l’école publique, le double critère de gratuité et de laïcité pose ainsi problème puisqu’en Angleterre les écoles peuvent être publiques, gratuites et néanmoins confessionnelles.

Comment recueillir la parole des enfants ? Le fait d’être un adulte n’influence-t-il pas la réponse aux questions ? Au regard de l’âge des enfants, ont-ils la capacité d’analyse nécessaire pour répondre aux questions ?

La méthodologie d’enquête s’est approfondie au cours du temps et la durée des entretiens a augmenté au fur et à mesure de la recherche. Cependant, les enfants sont des enquêtés comme les autres. On ne demande pas forcément aux adultes d’être analyseurs, sociologues de leurs pratiques, et il en va de même pour les enfants.

La méthode employée a fourni différents martiaux, des entretiens et des dessins, mais aussi différents points de vue qui permettent d’illustrer un même phénomène. Les dessins des enfants ont par exemple été commentés par les parents, montrant un certain décalage entre la perception du rapport au quartier des enfants par les parents et les représentations des enfants. L’accès aux classes a dans certains cas posé problème, notamment dans le contexte d’évaluation des écoles en Angleterre.

Dans votre intervention, vous avez évoqué le rapport au quartier en termes de fréquence (« très souvent », « souvent », « rarement », etc…) Comment avez-vous quantifié ces données ?

Ces données sont issues de l’analyse des entretiens retranscrits. A partir de données qualitatives, une base de données composée de différentes variables a été constituée, permettant de caractériser les pratiques du quartier notamment.

La trajectoire sociale des familles, ascendante ou descendante, a-t-elle un impact sur les pratiques spatiales des enfants?

La trajectoire sociale n’a pas été traitée nettement car les chercheurs ne disposent pas des trajectoires sociales des familles enquêtées.

Peut-on prendre en compte la variable ethnique pour expliquer les variations du rapport au quartier des enfants ? L’encadrement parental des pratiques ne varie-t-il pas en fonction de ce facteur ?

La variable ethnique est effectivement complexe à prendre en compte dans son ensemble dans le cadre d’une recherche portant sur plusieurs contextes nationaux. Elle nécessiterait d’être associée à un contexte spécifique.

Vous êtes-vous intéressé aux pratiques monétaires des enfants ? A la possibilité d’avoir de l’argent de poche par exemple ?

Cette dimension n’a pas fait l’objet de questions à proprement parler mais ce facteur est apparu dans certaines réponses, lorsque les enfants répondaient par exemple « je peux pas y aller parce que c’est trop cher » à propos de la pratique de certains lieux.


[1] Jean-Yves Authier et Sonia Lehman-Frisch, « Variations sur un thème : Les manières d’habiter des enfants dans les quartiers gentrifiés à Paris, Londres et San Francisco », Métropoles [En ligne], 11 | 2012, http://metropoles.revues.org/4584


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.