Compte rendu de la séance avec Violaine Girard

Classes populaires périurbaines :

Au-delà du déclassement, quelles trajectoires résidentielles et professionnelles ?

 

Violaine Girard a présenté les résultats d’une enquête qui fera l’objet d’un article dans le premier numéro 2013 de la revue Politix.

A partir d’une enquête basée sur à la fois sur sa thèse achevée en 2009 et complétée par un travail de terrain en 2012, Violaine Girard dessine les contours sociologiques des classes pavillonnaires et de leur rapport à la politique en analysant leurs trajectoires résidentielles et professionnelles. Pour ce faire, elle prend à contre-pied les discours dominants selon lesquels les classes populaires des espaces péri-urbains seraient en proie à un déclassement social et économiques qui conduirait à une radicalisation politique, exprimée à travers un vote d’extrême-droite. Violaine Girard renverse cette caricature qui tient davantage du discours médiatique et politique simpliste que d’une réalité scientifique observée. Au contraire, selon elle, les classes populaires pavillonnaires sont inscrites dans des trajectoires d’ascension sociale qui passe par l’accession à la propriété et la professionnalisation dans des emplois techniques. A cet égard, elles se différencient de la classe ouvrière « classique », symbolisée par les bastions ouvriers des grands bassins industriels, par leur stabilité économique et leur rapport au travail mais elles se différencient également des classes moyennes dont elles ne partagent pas, loin s’en faut, les pratiques culturelles et l’intégration dans l’emploi public.

 Pour mener à bien cette enquête, Violaine Girard s’est intéressée à zone d’activité industrielle créée dans les années 1980 et située en périphérie d’une grande ville française. Elle a mobilisé un travail statistique important à partir des recensements des trois cantons concernés ainsi que des entretiens menés auprès des ménages vivant et travaillant dans cette zone.

I.               Eléments de caractérisation de l’espace étudié

Cette zone industrielle se caractérise par un tissu économique éclaté dans la mesure où on y trouve essentiellement des PME-PMI regroupées autour d’un grand groupe industriel français. En cela, cet espace se distingue des grands bassins industriels tels qu’on peut les trouver dans le nord ou l’est de la France : le morcellement induit des rapports au travail différents. Nous y reviendrons.

 Par ailleurs, Violaine Girard constate que les ouvriers et employés constituent plus d’un tiers des actifs de la zone et remet ainsi en cause l’équation entre classes moyennes et espace périurbain. L’analyse localisée qu’elle défend permet au contraire de montrer que les ménages s’installant dans ces zones périrubaines ne sont pas forcément issus des classes moyennes fuyant les prix trop élevés de l’immobilier en centre-ville mais surtout des classes populaires à la recherche d’une stabilité économique et sociale.

  Essentiellement de type industriel donc, l’offre d’emploi a par conséquent attiré de nombreux ménages populaires qui ont trouvé à proximité de la zone industrielle la possibilité d’accéder à la propriété et d’avoir « son petit coin à soi ».

 Pour donner corps aux statistiques, Violaine Girard s’est alors intéressée aux trajectoires de ces ménages en allant à leur rencontre.

II.             Trajectoires et rapport au vote

 

Les ménages des classes pavillonnaires partagent des parcours résidentiels et professionnels similaires. En voici les principales caractéristiques.

L’insertion dans le monde professionnel et la stabilité économique. Si les hommes sont majoritairement ouvriers (techniciens en fin de carrière) et les femmes employées, la majorité d’entre eux sont dans des emplois stables (CDI, indépendants) et le taux de chômage est faible. Les opportunités en termes d’offre d’emploi de la zone industrielle couplées à une forte valorisation du travail technique ont permis à ces personnes d’entrer rapidement dans le monde du travail et d’y gagner une stabilité financière (qui permet l’accès à la propriété) et conjugale (les études courtes et la stabilisation professionnelles conduisent les jeunes à se mettre en couple et fonder une famille très tôt).

L’importance du monde de l’entreprise. L’emploi privé dans le secteur industriel est en effet très largement favorisé et valorisé contrairement à l’emploi public (rares sont les personnes à travailler dans les postes, les mairies, etc.). On retrouve d’ailleurs dans les discours les valeurs attachées à l’emploi industriel (dureté du labeur, entreprenariat) et opposées en cela à l’emploi public (privilèges du fonctionnariat).

 Intégrer le monde de l’entreprise rapidement est donc un objectif pour la plupart des jeunes, poussés en cela par leur milieu familial qui valorise à la fois le travail technique et les gains économiques. De fait, l’école ne fait pas spécialement l’objet d’attentes et les études correspondent aux filières courtes et techniques (bac pro, BTS).

La respectabilité dans le travail et les loisirs. Ici, ce sont des valeurs telles que le respect de l’entreprise, la ponctualité, l’obéissance, l’investissement dans les tâches qui sont mises en avant. Les ouvriers ne partagent pas le même rapport au travail que leurs homologues des « bastions ouvriers » des banlieues de la métropole voisine : la syndicalisation est faible, voire inexistante, l’individualisme plus marqué. Le choix des loisirs permet aussi de se démarquer des classes moyennes (la musique est peu pratiquée, les sorties au cinéma, théâtre sont extrêmement rares) et des classes populaires de banlieues (le sport est privilégié tout comme l’implication dans des activités respectables comme les formations jeunes pompiers).

 Ainsi, les classes pavillonnaires sont effectivement dans des stratégies d’ascension qui passent avant tout par la filière professionnelle et donc les acquis économiques. Cependant, cette stabilité financière n’est pas investie dans des pratiques qui les rapprocheraient des classes moyennes (pratiques culturelles) mais plutôt dans des pratiques qui garantit leur appartenance à un groupe particulier dont elles gardent jalousement les frontières (limitation des logements groupés et/ou sociaux, choix des loisirs, choix professionnels pour les enfants).

 En conclusion, Violaine Girard aborde la question du rapport au vote, en particulier le vote d’extrême-droite. Elle souligne le fait qu’il n’y a pas de radicalisation des classes populaires en faveur du vote FN et rappelle d’ailleurs que la zone étudiée est traditionnellement située à droite de l’échiquier politique. Le rapport à la politique se caractérise surtout par une forte défiance vis-à-vis des partis de gauche qui s’expliquerait en grande partie par le clivage entre secteur privé et secteur public.

Echanges

  • contrairement à l’image renvoyée par les périurbains, il y a peu de mobilité. Comment l’expliquer ?

Les ménages étudiés habitent à côté de leur lieu de travail ce qui permet aussi de nuancer les recherches sur le périurbain soulignant l’importance de la voiture. La proximité est d’ailleurs valorisée (« l’usine est à 300 mètres, c’est idéal »). Remarquons également que les jeunes mobilisent aujourd’hui les ressources locales (pour trouver un terrain constructible par exemple) : il y des formes de solidarité qui se créent entre les personnes originaires du même endroit ce qui permet aussi de « protéger » l’espace résidentiel. Il s’agit d’un « capital d’autochtonie ».

  • peut-on vraiment parler de classes populaires étant donné leurs acquis économiques ?

Oui. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit pour la majorité d’ouvriers issus de familles ouvrières et qui ont acquis en toute fin de carrière un grade de technicien et des responsabilités afférentes. Il y a un certain affranchissement de la classe ouvrière mais pas une sortie des classes populaires, sachant que le critère culturel reste déterminant. Enfin, il faut prendre en compte les transformations du monde du travail : les conditions d’entrées sont plus dures (emplois de longue durée de plus en plus rares, qualifications scolaires plus exigeantes, etc.). Les classes pavillonnaires sont les premières touchées par ces transformations : les enfants qui cherchent du travail aujourd’hui ne sont pas à l’abri de la précarité.

  • on voit l’importance de l’estime sociale. Mais une estime sociale par rapport à qui ? De qui attendent-ils une reconnaissance ?

L’estime n’est pas forcément recherchée de manière consciente tout comme elle ne prend pas forcément corps dans des interactions sociales. Il s’agit plus de répondre à une certaine représentation sociale qui est centrée autour de la propriété (le pavillon) et qui permet de se distinguer des plus pauvres.

  • pourquoi avoir tout anonymisé ?

C’est une question très difficile à laquelle il n’y a pas vraiment de réponse. L’anonymisation peut faire sourire parfois dans la mesure où certains lieux sont parfaitement reconnaissables. Mais elle permet, et c’est essentiel, de ne pas stigmatiser les personnes rencontrées surtout lorsqu’elles abordent des questions personnelles (vote FN par exemple). Anonymiser, c’est donc une manière de respecter des enquêtés qui ont accordé leur confiance mais aussi de ne pas courir le risque de se voir « fermer » le terrain d’enquête en cas de publicisation. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.