Texte de discussion de l’intervention de Renaud Payre

Texte de discussion de Boris de Rogalski Landrot après l’intervention de Renaud Payre, « Un ordre politique urbain » le 6 octobre 2011 à l’ENS de Lyon

Ce texte se veut une discussion de l’analyse de science politique proposée par Renaud Payre en prenant le point de vue de l’histoire contemporaine, afin de cerner des points de discussion et de rencontre entre historien-ne-s et politistes.

° La question de la gouvernance d’un point de vue épistémologique

L’auteur souligne, du point de vue des sciences politiques et plus précisément selon une approche socio-historique, la distinction entre catégorie analytique et catégorie historique. Les catégories d’analyse désignent des « outils capables d’analyser des périodes distinctes », tandis que les catégories historiques « indiqu(ent) des ruptures  et s’appliqu(ent) à des situations historiques données ». Cette distinction s’inscrit dans une perspective constructiviste, qui souligne que les catégories historiques sont situées temporellement et s’inscrivent dans un contexte historique spécifique. Cette distinction invite, non seulement en science politique mais aussi en histoire, à une réflexion historiographique sur l’usage de certaines catégories. Il convient de distinguer, en amont, le processus de production d’une catégorie, sa diffusion dans un contexte historique donné et, en aval, son appropriation et son utilisation dans une démarche heuristique. Cette distinction entre en résonance avec les apports de la philosophie critique de l’histoire, je pense notamment à l’ouvrage de Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, paru en 1973 et qui rappelle qu’une production scientifique est située et qu’il convient de s’interroger sur les conditions spécifiques de son émergence. En d’autres termes, cela invite d’un point de vue épistémologique à se demander d’où l’on parle ?

Dans cette logique, l’auteur se demande si la gouvernance, utilisée dans les travaux de sciences politiques portant sur les régimes urbains, est une catégorie analytique ou plutôt une catégorie historique liée au contexte contemporain ?

La gouvernance s’inscrit dans une vision stato-centrée qui entre en résonance en France dans les années 1980 avec la diffusion de travaux américains et avec le processus de décentralisation renforcé par les lois Deffere. Ces lois sont souvent considérées comme le point d’orgue de la politique décentralisatrice de l’Etat et de la recomposition des interactions entre d’une part, l’Etat et le pouvoir local (ou les pouvoirs locaux), et d’autre part, à l’échelle locale, entre acteurs publics et privés. On comprend pourquoi le terme de gouvernance qualifiant les recompositions horizontales et verticales des relations entre acteurs publics et privés, apparaît dès lors comme très utile pour qualifier ce processus. Mais il faut souligner que selon une perspective historique ces lois ne constituent pas une rupture radicale. Il s’agit simplement d’une recomposition des rapports entre l’Etat et les acteurs locaux. En effet, en France les premières politiques décentralisatrices contemporaines sont intimement liées à la construction même de l’appareil politico-administratif qui prend forme au 19e siècle.

Par ailleurs, la multiplication des interactions entre acteurs publics et acteurs privés à l’échelle sur les questions de gouvernement urbain n’est pas propre à la seconde moitié du 20e siècle. Ces interactions sont constantes, notamment durant l’Entre-deux-guerres dans le cadre des politiques de planification urbaine portées par les édiles. Je pense par exemple à la création dans les années 1930 à Villeurbanne par Lazare Goujon, maire de 1924 à 1935, de la société d’économie mixte appelée Société Villeurbannaise d’Urbanisme. Cette dernière était chargée d’édifier le Nouveau Centre de Villeurbanne qui était doté d’un Palais du Travail, d’un nouvel Hôtel de Ville –bâtiment-symbole du pouvoir communal– et de logements à loyers modérés appelés « Gratte-Ciel ». On voit par ce simple exemple qu’avant les années 1980 le gouvernement de la ville se fonde sur des relations originales entre acteurs privés et publics. On peut donc déjà se demander si la gouvernance qualifie des formes originales (horizontales et verticales) de relations privées/publiques qui se nouent dans les années 1980, ou si la gouvernance peut être transposée à toute période historique et être considérée comme une catégorie analytique.

Au regard de la proposition classificatoire de Renaud Payre, il faut se demander si la gouvernance doit être qualifiée de catégorie analytique, transposable à toutes les périodes historiques, ou si elle apparaît comme une catégorie historique circonscrite à la première moitié du 20e siècle soit à son contexte d’élaboration ? Par ailleurs, il me semble que d’autres questions apparaissent : il convient de se demander si la catégorie de la gouvernance est applicable à tous les espaces urbains ? Le terme de gouvernance urbaine ne doit-il pas être associé plus spécifiquement aux villes occidentales, ou plutôt aux  global cities ? Les subaltern et les post-colonial studies nous invitent-elles justement pas à déplacer notre regard occidentalo-centré[1].

° La gouvernance selon l’approche historique

 

Cette réflexion proposée en science politique sur la « gouvernance » comme catégorie analytique, m’invite, en tant que doctorant en histoire contemporaine dans le cadre de la dimension pluridisciplinaire du laboratoire junior SSU, de développer la question de la « gouvernance » comme catégorie analytique mais d’un point de vue historique.

Des travaux historiques proposant une réflexion sur les gouvernements urbains se sont saisis du terme de « gouvernance » afin de tester son opérabilité heuristique en tant que catégorie analytique. C’est le cas de l’ouvrage  de Bruno DUMONS et Olivier ZELLER (dir.), Gouverner la ville en Europe. Du Moyen-Âge au XX siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, 182p. Cet ouvrage est un recueil d’articles qui fait suite au colloque sur “La ville européenne et ses pouvoirs”, organisé à Lyon en décembre 2002 par l’équipe “Histoire des villes” du Centre Pierre Léon (UMR 5599 du CNRS). L’appel à communication d’Oliver Zeller souligne que « Le concept de “gouvernance urbaine” désigne l’ensemble des pouvoirs susceptibles de participer aux décisions engageant la ville dans tous les domaines, qu’il s’agisse de choix politiques, urbanistiques, sociaux ou économiques. »[2]. La raison de l’usage de ce terme contemporain pour le contexte médiéval, moderne et contemporain tient à la volonté des organisateurs d’inviter les intervenants ne pas se focaliser uniquement sur les pouvoirs institutionnels de la ville, mais à prendre aussi en compte les différents pouvoirs informels, portés par des acteurs agissant sur la ville à différentes échelles.

Cette approche est alors nouvelle en France en histoire urbaine mais pas dans d’autres disciplines des sciences sociales traitant de l’urbain, comme le souligne les auteurs[3] :

« Il est une forme de pouvoir qui a, depuis quelques années, suscité un intérêt croissant des historiens de l’urbain, c’est ce qui concerne le « gouvernement » de la cité elle-même, à l’échelle de la municipalité. A l’heure où il est beaucoup question de décentralisation, une meilleure compréhension historique de ce qui caractérise le pouvoir « municipal » a été engagée. Désormais, il a fallu faire appel à des concepts polymorphes qui ont parfois cours dans les sciences sociales comme celui de « gouvernance » et de « gouvernement »[4]. Dans le cas de la « gouvernance urbaine », il s’agit de l’ensemble des pouvoirs susceptibles de participer aux décisions engageant la ville dans tous les domaines qu’il s’agisse de choix politiques, urbanistiques, sociaux et économiques[5]. Un tel concept est aujourd’hui d’usage courant chez les spécialistes de l’urbain pourvu qu’ils soient politistes, économistes ou sociologues[6]. Il a ainsi donné lieu à des recherches spécifiques sur la ville très contemporaine[7]. Toutefois, il n’est utilisé qu’incidemment chez les historiens. Les médiévistes et les modernistes de l’urbain ont été ici les premiers à adopter cette telle notion, notamment en abordant les questions relatives au combat en faveur des autonomies communales et aux pratiques déployées pour gouverner et gérer une cité ».

Ce travail a permis de poser clairement la question de l’usage heuristique en histoire de la gouvernance comme catégorie analytique puisque la collection des interventions s’étend de la période médiévale à la contemporaine. Cependant aucune intervention ne « passe le pas » en traitant de la « gouvernance » selon une démarche diachronique. En effet aucune des interventions ne se place à cheval sur plusieurs périodes, dépassant ainsi la périodisation historique classique et plaçant véritablement la gouvernance comme une catégorie d’analyse. De plus, on peut constater que le concept de gouvernance n’est pas saisi par l’ensemble des intervenants puisque sur 12 articles, cinq ont dans leur titre le concept de « gouvernance »[8] et que deux articles traitent du « gouvernement de la cité »[9]. Sans résoudre pleinement la question de la qualification de la « gouvernance » comme catégorie d’analyse en histoire, ce travail a le mérite d’avoir  posé clairement la question et dans ce sens il joue un rôle précurseur en France. Par ailleurs, un glissement semble s’opérer en histoire puisque l’on parle plus DES gouvernanceS que de LA gouvernance. On peut apprécier l’impact différencié d’un point de vue disciplinaire du terme de gouvernance en regardant l’occurrence du terme de « gouvernance » dans l’intitulé des les thèses inscrites dans le fichier central des thèses depuis 2002 : le terme de gouvernance apparaît très rarement dans l’intitulé des thèses d’histoire, ce qui est l’inverse en science politique. Est-ce un effet disciplinaire ? ou plus fondamentalement la question de la place de catégorisation en science politique et en historie qui se pose ?

° La question de la catégorisation en science politique et en histoire

Cette question de la catégorisation de « la gouvernance » souligne par ailleurs l’existence de points de discussion et de rencontre entre historiens-ennes et politistes. Ainsi, le recours au concept de « catégorie analytique » apparaît-il rarement dans l’historiographie française en tant que tel : il se trouve souvent privé de son adjectif qualificatif « analytique » ce qui montre une imprécision particulièrement problématique dans le processus classificatoire. Or la volonté de l’auteur de distinguer « catégorie analytique » et « catégorie historique », dans une logique de classification catégorielle, invite à approfondir ce raisonnement, non seulement en sciences politiques mais aussi en histoire.

Dans les années 1980, la discipline historique a été bouleversée par la remise en question du paradigme structuraliste. A la recherche d’invariants dans une logique systémique, s’est substituée, en réaction, une valorisation de l’événement et de la capacité de mise en action des individus et des groupes d’individus. Le courant de la microstoria a permis de saisir la capacité interprétative des individus et de fait leur capacité créatrice[10]. Cette approche d’histoire qualitative a permis de valoriser l’expérience individuelle et a eu pour effet de stimuler des travaux prosopographiques et les études d’histoire locale, longtemps dévalorisées par rapport à l’histoire nationale. Ce changement s’est accompagné d’une déconstruction de catégories non-opératoires d’un point de vue analytique, qui relèvent du domaine des représentations, comme celle de « classe sociale »[11]. Cette évolution paradigmatique a pu être qualifiée, il y a 30 ans, de processus de fragmentation de la discipline historique donnant forme à une « histoire en miettes », en raison de la multiplication des objets historiques. Cependant, l’utilisation des « catégories d’analyses » comme grilles de lecture que l’on peut utiliser sur l’ensemble des périodes historiques apparaît surtout dans des approches pluridisciplinaires particulièrement fécondes comme par exemple en anthropologie historique, dans les études sur le genre[12] ou les urban studies.

Cette proposition d’une catégorie d’analyse appelée « ordre politique urbain » est particulièrement intéressante dans une perspective constructiviste, et tend à stimuler des travaux comparatistes en histoire urbaine afin de mettre en question le processus de construction de cet « ordre politique urbain ». Je me demandais tout d’abord quelle était l’influence des travaux de Michel Foucault dans votre analyse ? Ensuite, cette catégorie analytique d’ « ordre politique urbain » peut-être appliquée à partir de la loi municipale de 1884, soit à partir du moment ou le maire apparaît comme un « leader », mais ne peut-elle être appliquée au XIX siècle afin d’interroger les relations entre le pouvoir préfectoral et les habitants des villes ?

° La ville, objet et sujet d’étude

L’étude des politiques communales, stimulée notamment par les travaux de sociologie urbaine dans les années 1970-1980 sur la question de l’autonomisation communale dans une logique de différenciation selon le paradigme centre-périphérie ont permis de mettre en valeur la capacité des édiles à agir sur leur territoire[13]. Mais cette approche ne questionne pas la ville en tant que telle, ni n’en donne une définition précise. La ville apparaît uniquement comme un cadre commode d’observation de changements sociaux, économiques, politiques et culturels. Or les travaux d’histoire urbaine s’interrogeant sur la « ville » en tant qu’objet, ont permis de souligner que la ville a une épaisseur historique, Bernard Lepetit écrivait dans ce sens :

« Objet – construit par les hommes, analysé par la science historique – la ville est aussi sujet de l’histoire. Elle est plus qu’un cadre, plus que la simple somme des éléments qui la composent. Par son existence même, elle est créatrice d’innovations qui affectent son propre devenir. »

Cependant, vous proposez de dépasser cette opposition entre le central et le local, qui s’inscrit toujours dans une vision stato-centrée, en insistant sur le rôle des édiles dans la régulation des territoires urbains. L’auteur insiste notamment sur la nécessité d’entreprendre une démarche prosopographique, en s’intéressant aux acteurs publics locaux, qui peuvent jouer de la cumulation des mandats ou des activités afin d’agir sur les deux échelles, national et local, ou sur des espaces intermédiaires. La logique de cumulation des mandats participe par ailleurs de la stratégie des maires à faire connaître et à défendre leurs intérêts locaux à l’échelle nationale.

Voire, leur action mayorale peut être utilisée comme un laboratoire d’expériences politiques appliquées ultérieurement à l’échelle nationale. C’est ce que démontrent les travaux de Jean-Charles Geslot qui s’est intéressé à l’action culturelle menée à Versailles par Edouard Charton, conseiller municipal de la ville de 1865 à 1874. Et dont l’objectif était d’évaluer l’impact de cette expérience locale sur la politique qu’il mène ensuite à l’échelle nationale comme sénateur de l’Yonne. Ce travail a été présenté le 22 octobre 2010, lors de la journée d’étude intitulée « l’édilité, moteur du changement social et culturel ? », organisée par Juliette Aubrun, Jean-Charles Geslot et Caroline Varlet, avec le soutien du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et du Centre de recherche en histoire (EHESS). Il s’agissait de s’interroger, dans la continuité des travaux initiés par Christian Topalov, sur le rôle effectif joué par les édiles dans la modernisation de leurs communes, par le biais de leurs interventions dans le domaine social et culturel entre le milieu du XIXe siècle et l’entre-deux-guerres. Le postulat de départ : les communes seraient des laboratoires, des lieux d’expérimentation de nouvelles pratiques sociales et culturelles, impulsées par les édiles et s’inscrivant pour certaines dans de véritables politiques municipales.


[1] Gayatri Chakravorty Spivak, Les Subalternes peuvent-elles parler?, traduction de Jérôme Vidal, éditions Amsterdam, 2009, 122 pages.

[3] Bruno DUMONS et Olivier ZELLER (dir.), Gouverner la ville en Europe. Du Moyen-Âge au XX siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, p.9-10.

[4] Renvoie notamment à l’ouvrage de Olivier IHL, Martine Kaluszynski et Gilles POLLET, Les science de gouvernement », Paris, Economica, 2003, 218p.

[5] Renvoie à Thierry PAQUOT (dir.), La Ville et l’urbain. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2000 ; Bernard LEPETIT et Christian TOPALOV, La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001.

[6] Renvoie aux travaux de Patrick Le Galès.

[7] O. BORRAZ, Gouverner une ville. Besançon (1958-1989), Rennes, PUR, 1996.

[8] Anna BELLAVITIS, « La gouvernance du luxe. Venise et ses pompes », p.29-36 ; Gilbert LAGUIER, « Institutions municipales et gouvernance à Narbonne dans la première moitié du XVII siècle », p.37-46 ; Martial GANTELET, « Le choc de la guerre. La gouvernance d’une « ville-frontière » au milieu du XVII siècle Metz (1645-1646), p.47-62 ; Estelle BARET-BOURGOIN, « Gouvernance urbaine et acteurs économiques dans la ville du XIX siècle. La bataille de l’excrément à Grenoble », p.91-104 et Aisling HEALY, « La gouvernance urbaine comme discours politiques. La plan Technopole de la Communauté Urbaine de Lyon », p.163.

[9] Yann LIGNEREUX « Le gouvernement de la cité entre la valeur et l’usage. Le cas de Lyon durant la première moitié du XVII siècle », p. 63-72 et Bruno DUMONS et Gilles POLLET, « Entrer au service du gouvernement de la cité. Elites administratives et fonctions municipales dans des villes de la France du Sud-Est (1880-1940), p.105-120.

[10] Carlo Ginzburg , Le fromage et les vers : l’univers d’un meunier du XVIe siècle, traduit de l’italien par Monique Aymard, Paris, Flammarion, 1980, 220p.

[11] En opposition à l’analyse d’Ernest Labrousse, Roland Mousnier souligne que la société d’Ancien Régime n’est pas une société de « classe » mais d’ « ordre » : la hiérarchie sociale se fonde sur l’estime sociale collective attachée à chaque état ou chaque fonction.

[12] Le genre apparaît ainsi comme « une catégorie d’analyse historique » selon Joan Scott  (Joan Scott, « Le Genre de l’histoire », in Cahiers du GRIF (Paris), printemps 1988, p. 125-153).

[13] Bernard MEURET, Le socialisme municipal, Villeurbanne 1880-1982, Lyon, PUL, 1982, 298p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.